Brussels veut faire passer les Gafa à la caisse

C’est une vieille, très vieille revendication of the industrie des télécoms qui vient de faire son nid à Brussels. Lors d’une conférence de presse, ce mardi, Margrethe Vestager s’est montrée déterminée à faire payer une partie de la note des réseaux aux géants américains du Net. “Je pense qu’il ya une question que nous devons examiner avec beaucoup d’attention: cells de la contribution équitable [des Gafa] aux réseaux de télécommunications “to lancé the vice-president of the European Commission, également en charge de la concurrence.

C’est la première fois que le sujet est abordé aussi frontment par Brussels. Pour justifier de faire passer les Google, Amazon, Facebook et autres Netflix à la caisse, Margrethe Vestager souligne qu’ils génèrent “Beaucoup de traffic for exercer leur activité”mais sans participer, d’aucune manière, au financement des infrastructures Internet fixe et mobiles. “Les Gafa n’ont pas contributed to investissements visant à étendre la connectivité”constate-t-elle.

“Organizer la juste rémunération des réseaux”

Signe que affaire est désormais prioritaire, Thierry Breton a largement conforté sa sortie. «Une poignée d’acteurs occupent à eux seuls plus of 50% of the world passerby bandto affirmé le commissaire français en charge du marché intérieur sur Twitter. Il est temps de réorganiser la juste rémunération des réseaux. C’est désormais the one des principaux chantiers de notre espace numérique. “ Dans l’Hexagone, même son de cloche pour le Medef. «Oui, les Gafam doivent participer au financement des réseaux télécomsto déclaré Geoffroy Roux de Bézieux, son president, sur Twitter. C’est une juste contribution de ceux qui publient des contents et occupent toujours plus de banda passante. “

Député En Marche et très investi dans le numérique, Eric Bothorel s’est également montré favorable à une telle mesure. “Qu’une partie de ceux qui consomment de la banda passante financent une partie des infrastructures télécoms ne me choquerait pas, surtout les plus gourmands”to declare the parlementaire, par ailleurs pressenti pour devenir ministre du Numérique dans le prochain gouvernement Macron.

“Un pas important, gigantesque”

Face à cette unanimité qui se dessine, les opérateurs télécoms, eux, applaudissent. Président de la Fédération française des telécoms (FFT), et secrétaire général d’Altice France (SFR), Arthur Dreyfuss ne boude pas son plaisir of him. “C’est un pas important, un pas gigantesque here a été fait”souligne-t-il à The Tribune. Selon le dirigeant, deux éléments ont provoqué cette bascule de la Commission. «The surinvestissement des opérateurs dans la 4G, la 5G et la fiberexplique-t-il. Mais also the post-Covid réalité de surconsommation des géants du numérique. “

Tous les opérateurs dénoncent depuis des lustres la gourmandise des Gafa pour leurs réseaux. Outre le fait que les Google, Facebook, Amazon, Microsoft ou Netflix ne participent pas à leur financement, ils fustigent le fait que leurs services sont, de fait, toujours plus avides de banda passante. Ce qui oblige les operateurs européens – dont Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free en France – à améliorer leurs réseaux en continu, et à grands frais.

The lobbying payant des opérateurs

The European Telecommunications Network Operators’ Association (ETNO), leur lobby in Brussels, appelle depuis des années l’Europe à se saisir du dossier. En début de semaine, et juste avant la sortie de Margrethe Vestager, ils ont d’ailleurs tiré une nouvelle cartouche contre les géants américains du Net. hui le fait des Gafa. Ils jugent, surtout, que leur appétit en bands passing by leur coûte la bagatelle de 15 à 28 milliards d’euros par an. A colossal montant, qui pèse sur l’activité des grands opérateurs, dont les cours de Bourse souffrent, au passage, de leurs lourds investissements dans la fiber, the 4G, et maintenant the 5G.

L’ETNO argue que, dans ce contexte, une “Contribution” des Gafa avoisinant les 20 milliards d’euros for an pour les réseaux serait totalment justifiée. Elle permrait, souligne le lobby, de créer quelque 840,000 emplois d’ici à 2025, comme de réduire, au passage, leur consommation d’énergie, et donc leur empreinte carbone. Maintaining that leur revendication to les faveurs de Bruxelles, nul doute que les operateurs vont attempter d’enfoncer le clou dans les semaines à come. C’est, certiinement, un sacré bras de fer avec les Gafa qui se profile.