Ce que change concrètement la hausse des taux d’intérêt

De 1.8% from 2021 to the environment 3% in April-Mai 2022: the taux d’intérêt fixes for the real estate credit in long term retrouvent des niveaux comme ils n’en avaient pas connu depuis cinq ans au Luxembourg. Alors que les taux variables demeuraient «stables» in avril, autour de 1,4%.

Une evolution qui ne touche donc, pour l’stant, que les primo-accédants. “Si le taux fixe est fixé sur 25 ans, il n’y a pas de risque pour le client”, reviews Mike Schwörer, responsable du conseil en logement à la Banque internationale à Luxembourg (BIL). Même si «la majorité panache entre taux fixes et variables».

Attention aux parties variables ou aux taux révisables

“Ceux qui ont pris une partie fixe cinq ans et variable trois ans par exemple, vont tomber dans les conditions du marché”, détaille Yann Gadéa, responsable des courtiers en hypothèque chez AtHome Finance.

Selon les chiffres de la Banque centrale du Luxembourg (BCL), here collecte les informations de 49 établissements de crédit, on est à environ deux tiers des volumes en taux fixes pour les contrats passés ces cinq dernières années et à un tiers en taux variables. Elle précise que dans certains cas, “sur des emprunts sur 20 ou 30 ans, après 10 ans, le taux fixe peut être revu”.

«Les clients ayant souscrit à un taux variable ou un taux revisable sont eux aussi touchés», ajoute Markus Stegmann, responsible for domaine crédits chez BGL BNP Paribas. Car si la hausse des taux variables (+1 point en mars 2022 pour passer à 1,33% selon la BCL) est pour l’instant moins spectaculaire que cells des taux fixes, elle pourrait suivre. The Banque centrale européenne prévoit de relever ses taux directeurs en juillet, here aura an impact sur les taux variables au Luxembourg.

Le partage fixe / variable pourrait se redessiner

En attendant, va-t-on vers une inversion de la tendance? Ce n’est qu’en 2015, selon les données de la BCL, que les Luxembourgeois ont commencé à préférer les taux fixes aux taux variables. Parce qu’avant, les taux fixes étaient plus chers, et parce qu’une loi européenne in 2016 «a limité les indemnités en cas de remboursement anticipé d’un prêt à taux fixe», indique Mike Schwörer de la BIL.

“Des gens qui, l’année dernière, ne voulaient pas entendre parler de taux variable acceptent maintenant une important part de variable dans leurs prêts”, admet Yann Gadéa. Aujourd’hui, the calcule environ “45% de taux fixes et 50% de taux variables”, le reste correspondant aux taux révisables.

Malgré la hausse des taux fixes ces derniers mois, «beaucoup de clients les choisissent quand même», relativise the BIL. La banque doit d’ailleurs parfois «limiter le risque» for the clients les plus téméraires, attirés par les taux variables avantageux. “1.5% aujourd’hui correspondra peut-être dans deux ou trois à 3%”, explique Mike Schwörer. “On doit faire attention à ce que le client puisse faire face, pour lui éviter un surendettement.”

Des octrois de crédits moins faciles

Va-t-on refuser plus de crédits? “Oui, tout à fait.” Ou demander aux clients de se tourner vers un bien moins cher. La hausse du coût de la vie a déjà poussé la banque à réévaluer le reste à vivre (sums qu’il reste une fois les mensualités du crédit versées) lors du calcul de la capacité d’endettement de ses clients.

Mike Schwörer ajoute qu’il ya un “ralentissement féroce de la demande”, depuis la fin de l’année dernière. La hausse des taux a son impact. “Yes, pour un bien, on pairs 300 euros en plus par mois, cela touche le portefeuille du client.” De même pour les investisseurs qui empruntent pour faire du locatif. “Si le rendement brut tourne autour de 2% et que le taux d’intérêt est de 2.5%, la rentabilité n’est plus la même.”

«Pour tous les acquéreurs, the charge de credit is important plus du fait de l’Augmentation des taux à long terme sur le marché», corroborates BGL BNP Paribas.

Reste à savoir comment to continue on évoluer ces taux. «Pour moi, sur l’année, on va passer à 1.6% pour les taux variables et rester aux alentours de 3% pour les taux fixes», predicted Yann Gadéa, d’AtHome Finance. “La hausse des taux fixes à long terme a été très brutale, c’était une anticipation après les annonces de la Fed.” The n’imagine plus de tels mouvements en 2022. Même si rien n’annonçait non plus ceux que l’on connaît aujourd’hui, augmentés par inflation, elle-même gonflée par la guerre en Ukraine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.