Comment surmonter les crises boursières? Les conseils de deux spécialistes

The société de gestion Portzamparc, branch of BNP Paribas, is specialist for the investment in the Bourse. She proposed an accompaniment qui repose sur son expertise des marchés d’actions et sur utilization de la finance comportementale. Dans cette période de forte volatilité sur les marchés d’actions, nous avons demandé à Frédéric Biraud, son directeur général, et à Maxime Viémont, spécialiste de la finance comportementale, de partager leurs conseils boursiers.

Les marchés boursiers sont actuellement très chahutés. Quels types d’erreurs font les investisseurs dans ces moments-la?

Dans des marchés baissiers, the pression peut être forte et inciter the investisseur to sell to recruit the cash and if they reassure a peu. Mais c’est là que les ennuis commencent! Sous la pressure, le comportement naturel de l’épargnant est de vendre ce qui a le moins baissé ou ce qui est encore positif. The aura les plus grandes difficultés à separer de ce qui a le plus baissé. En clair, the va couper ses positions gagnantes et garder ses positions perdantes … The va mécaniquement générer la sous-performance.

It offers limitations. 2 mois pour 1 € sans engagement

Que faut-il faire, alors?

D’abord, stay invested. Ce n’est pas parce qu’il ya des turbulences qu’on saute de avion! Et pour éviter toute décision impulsive de vente, the faut formaliser par écrit ce que l’on ressent. Cela permra de relativiser: la baisse de 30% d’une valeur qui représente 5% de son portefeuille n’impactera the overall performance of 1.5%! Et remain investi n’exclut pas d’être mobile. The va en effet falloir arbitrer son portefeuille en fonction des nouvelles conditions du marché. Il ya eu une forte rotation sectorielle: les valeurs de croissance (fort potentiel ou croissance régulière des bénéfices, dans des secteurs comme la technologie, le luxe ou la chimie) très en vogue ces dernières années ne sont plus à la fête, et, comme cela risque de durer, il faut, à notre sens, réduire son exposition. There aussi, il ya des biais cognitifs forts: il faut du temps pour accepter une inversion de tendance. Il faut progressivement restructurer son portefeuille vers les quatre secteurs défensifs historiques: l’énergie, la santé, les telécoms et les services aux collectivités.

Quid de la diversification de son portefeuille?

Elle est fundamental, c’est le troisième enjeu. Après être resté investi, après avoir arbitré, the s’agit de diversifier son portefeuille of him. The ya une vingtaine de secteurs en Bourse et il faut être investi au moins sur la moitié d’entre eux. Par ailleurs, a portefeuille doit compter de 20 à 30 valeurs at a minimum. Attention au biais de la familiarité: sous la pression, on a tendance à se recentrer sur les valeurs que l’on connaît le mieux, c’est-à-dire sur les entreprises françaises du CAC 40. C’est une erreur, il faut continuer à aller chercher les leaders des secteurs, même s’ils ne sont pas français, en Europe et aux Etats-Unis.

Pour un client investisseur de moyen terme, those allocation avez-vous aujourd’hui choisie?

The est invest à 60% sur des valeurs defensives and 40% sur des valeurs de croissance. Globally, il est composé de 20% à 30% de petites et moyennes capitalisations, de 50% de valeurs étrangères et, pour le solde, de grandes capitalisations françaises – des valeurs de bon père de famille comme Axa, Saint-Gobain, Total, LVMH, L’Oréal, etc. Cette allocation devrait tenir jusqu’à la fin de l’année, ensuite, nous verrons.

Quid des valeurs de croissance justement?

Elles ont eu un parcours boursier remarquable in 2020 and 2021. Mais la tendance de marché est baissière sur ces valeurs et on peut penser qu’elles resteront pénalisées encore quelque temps. Certains imaginent que parce qu’elles sont moins chères, il faut revenir à achat. Au vu des marchés actuels, cela nous semble être une erreur, avec un risque non négligeable de perte sur des valeurs plus volatiles que le marché. Le pari que les valeurs de croissance vont repartir n’est clairement pas le schéma que nous privilégions. Si vous achetez davantage de valeurs de croissance, vous allez accentuer votre pari et donc le risque de votre portefeuille. Surtout, celles qui ont le plus baissé sont généralement les plus fragiles, et, en cas de redressement, il n’est pas certain que ce soient ces actions qui rebondissent le plus. Les valeurs qui ont le moins baissé sont toujours celles qui rebondissent le mieux en cas d’embellie. Mieux vaux miser sur celles-la (LVMH dans le secteur du luxe ou encore Capgemini dans le secteur de la technology).

L’Express application

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Download the app

Download the app

Et comment passer l’été?

Si je suis resté investi, si j’ai restructuré mon portefeuille vers les valeurs défensives et qu’il est bien diversifié, je peux passer l’été tranquillement. Les marchés sont plutôt calmes en summer période. September, en revanche, est le mois le plus baissier en Bourse.


Opinions

La chronique de Vincent Pons

Le president de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell lors d'une conférence de presse in Washington on May 4, 2022.Par Vincent Pons

La chronique de Sylvain Fort

Un homme passe devant une école détruite par un bombardement à Bakhmut, in the east of Ukraine, 8 juin 2022Par Sylvain Fort

La chronique de Jean-Laurent Cassely

Des touristes sur une plage de Cayo Blanco, in Varadero, le 5 mai 2022, in Cuba.Jean-Laurent Cassely

La chronique de Christophe Donner

A instar de celui de Beyrouth en son temps, the hippodrome de Kiev a été épargné.Par Christophe Donner

Leave a Reply

Your email address will not be published.