Douloureux mois d’avril à Wall Street qui s’achève plombé par la tech, inflation, et même … le pétrole

C’est sur une perte sévère que s’achève la semaine à la Bourse de New York. Et, malgré le vif rebond de la veille, cette séance du vendredi 29 avril plombe a peu plus la moyenne du mois qui s’affiche dans le rouge pour les principaux indices américains. Responsables au premier chef de ce plongeon, les valeurs technologiques. Corn pas seulement.

Selon des résultats définitifs à la clôture, the index Dow Jones a lâché 939,18 points, chutant de -2.77% à 32.977,21 points.

The Nasdaq Compositeà dominant technologique, s’est effondré de -4.17% perdant 536,89 points à 12,334,64 points.

The S & P-500plus large, a perdu 155.71 points, soit -3.63%à 4,131.79 points.

En avril, Wall Street a battu des records en territoire négatif

Sur le mois, le Dow Jones est en repli de presque –5%. The Nasdaq en recul de plus de -13% et s’inscrit à son plus bas niveau depuis un an. Quant au S&P 500 avec une chute de presque -9% sur le moisthe accusations are pire mois depuis le début de la pandémie.

Pour ne rien arranger, les analystes n’avaient pas tous la même interprétation de la conjoncture et des raisons de ce plongeon.

“Un large éventail de vents contraires pèse sur les marchés, parmi lesquels un cycle de resserrement agressif attendu de la Fed, mais aussi des confinements en Chine, des pressions inflationnistes persistantes, une hausse des taux obligataires et la récente hausse du dollar américain”, soulignaient les analystes de Schwab, interrogated by the AFP.

Peter Cardillo, de Spartan Capital, estimait que les results de la tech étaient les principaux responsables de cette dégringolade:

«Je ne crois pas que cela ait vraiment à faire avec les nouvelles macro-économiques, ce sont plutôt les mauvais résultats d’entreprises as Amazon ou Apple here pèsent sur le reste du marché. “

Gros trou d’air pour Amazon (-14%)

Amazon, une des plus grosses capitalisations du Nasdaq, a perdu beaucoup de poids (-14.05% à 2.485.63 dollars) alors que le groupe de Jeff Bezos a accusé son premier déficit quarterestriel depuis 2015.

Amazon voit sa rentabilité fondre au premier quarter

Celui-ci est surtout dû à une révision à la baisse de la valeur de son investissement dans le constructeur d’automobiles électriques Rivian, valorisé 100 milliards de dollars en décembre 2021 alors qu’il n’avait encore sorti de ses chaînes de montage qu ‘un peu moins de 700 véhicules …

Voiture électrique: Rivian défie Tesla en investissant 5 milliards de dollars dans une usine gigantesque

Mais le géant du commerce électronique voit aussi ses ventes pâtir de inflation et, en conséquence, a réduit ses prévisions pour le quarter prochain.

Apple (-3.66%) ralentit et ses explications sont jugées trop floues

Apple qui a annoncé, après la clôture jeudi, des ventes record d’iPhones pour cette période de l’année, mais qui craint que les confinements en Chine et la suspension de ses activités en Russie ne pèsent sur ses résultats à venir, a lâché 3,66% à 157,65 dollars. Lors d’une conférence téléphonique de résultats, le top management -Tim Cook et son directeur financier- a présenté plusieurs raisons à ce ralentissement de la croissance qui pourrait s’accentuer au prochain quarter: mais plusieurs analystes ont estimé ce discours trop flou sans parler de questions restées sans réponse.

Apple s’essoufle mais les explications de Tim Cook et de son directeur financier manquent de clarté, estiment des analystes

Facebook chahuté également (-2.23%)

Même Facebook (Meta) qui avait terminé jeudi sur un bond de 17% après des profits meilleurs qu’espérés et une bonne tenue des utilisateurs, a cédé du terrain (-2.23%). At 193 dollars, the value of the action remains un tiers en dessous de son pic de fin 2021.

Entente entre Google et Facebook: Brussels ouvre une enquête sur le duopole qui règne sur la publicité en ligne

Et pourtant la confiance des consommateurs est bonne

Les nouvelles macro-économiques, relativement rassurantes sur les dépenses et la confiance des consommateurs, n’ont pas conforté les indices.

Les depenses des consommateurs ont augmenté de 1.1% en mars, une hausse en partie due à inflation. Leurs revenus ont aussi progressé, corn dans une moindre mesure (+ 0.5%).

La confiance des consommateurs s’est nettement améliorée à 65.2 points (+ 9.8%) même si elle reste à un niveau très bas, selon the final estimation de l’enquête de l’Université du Michigan.

En mars, the inflation aux États-Unis signe sa plus forte hausse depuis 2005

Corn inflation, toujours à un nouveau très élevé, est le principal point de préoccupation. Ainsi, the index des prix des dépenses de consommation personnelle, mesuré par the PCE index, le plus surveillé par la Banque centrale américaine (Fed), a augmenté de 0,9% en mars, the plus forte hausse mensuelle depuis 2005après avoir augmenté de 0,5% en février.

Au cours des 12 mois écoulés jusqu’en mars, the index des prix PCE a augmenté de 6.6%. The s’agit de la plus forte hausse annuelle depuis 1982 and he fait suite with an augmentation of 6.3% in glissement annuel en février.

L’inflation au plus haut depuis des décennies dans les économies majeures

Hors alimentation et énergie, the marginal slowdown index de façon (-0.1 point de pourcentage), at 5.2%.

“La semaine prochaine, la clé sera la réunion monétaire de la Fed et la publication des chiffres du chômage pour avril”, in addition to Peter Cardillo.

De fait, les marchés s’attendent à une hausse d’un demi-point de pourcentage (0.50%) des taux d’intérêts directeurs de la Banque centrale comme a laissé entendre son président Jerome Powell qui a indiqué qu ‘ un relayvement de cet ordre était “sur la table”.

Augmenter les taux de 0,5% d’un coup? Avec son option shock, Powell fait chuter les Bourses mondiales

Du coup, les taux obligataires se sont nettement tendus, grimpant à 2.92% against 2.82% la veille.

Le pétrole sanctionné malgré les bons résultats (ExxonMobil -2.24%, Chevron -3.16%)

Parmi les entreprises ayant annoncé leurs résultats vendredi, le géant pétrolier américain ExxonMobil (-2.24% à 85.25 dollars) a été pénalisé malgré a bond de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices trimestriels. Les analystes s’attendaient à mieux et ExxonMobil aussi dû passer une grosse charge liée à son retrait de Russie.

Autre bénéficiaire de la guerre en Ukraine, qui a fait flamber les prix du pétrole, Chevron a affiché un résultat net multipleé par quatre sur un an. Son titre a pourtant lâché -3.16% à 156.67 dollars.

Tous les secteurs du S&P ont conclu dans le rouge à commencer par les titres de biens de consommation non essentiels (-5.92%) and l’mobilier (-4.90%), suivis des technologies de l’Information (-4 , 14%)

(avec AFP et Reuters)