In the DRC, the African First Bank’s projet d’expropriation takes one last tour

Le communiqué signé le 3 juin 2022 par Jean Paul Kamdem et Jean-Paulin Fonkoua, respective vice-president exécutif d’Afriland First group SA et Président du Conseil d’Administration d’Afriland First Bank SA révélait que the Congolese branch of Africa First Group était victim d’un projet d’expropriation. Parlant au nom de la communauté des actionnaires de ce groupe d’vestisseurs, ils écrivaient: “Depuis le 1er juillet 2021, les actionnaires et les administrateurs n’ont plus aucun contrôle sur la banque, entièrement aux mains de l’ex-DGA Patrick Kafindo, assisted in the mission de surveillance rapprochée de la Banque centrale du Congo. »Poursuivant dans cette lancée, ils disaient ne pas comprendre que the central Banque leur demand de recapitaliser cette banque à hauteur de 90 millions $, alors même que, au 30 juin 2021, elle était encore sous leur contrôle, elle disposait de fonds propres de 48.4 millions de dollars et respectait tous ses ratios prudentiels! Que s’est-il passé entre-temps? Here at géré la banque between 30 juin 2021 and 3 juin 2022?

Lire aussi: Les dessous du départ de Paul Kammogne Fokam de Guinée Equatoriale

Audit contradictoire

Pour avoir d’éléments de response to ces questions, replongeons dans les debuts de cette crise de gouvernance. All commence le 1er juillet 2021, lorsque le Directeur général Souaibou Abary is suspendu de ses fonctions à titre conservatoire par le president du conseil d’administration Joseph Toubi. The Banque Centrale du Congo réagira dès le lendemain, 02 juillet 2021 par le retrait de l’agrément d’administrateur du Président du Conseil d’Administration de la banque, et ordonnera le maintien en fonction de l’ex-directeur Général. Progressivement, les autres membres du conseil d’administration verront leur agrément retiré par la Banque centrale du Congo. Au point, à la date du 3 juin 2022, la banque n’a ni directeur général ni conseil d’administration depuis un an!

Après la mort de l’ex-Directeur général Souaibou Abary survenue en octobre 2021 c’est l’ex-DGA Patrick Kafindo, assisté de la mission de surveillance rapprochée de la Banque centrale du Congo, instaurée en aout 2021, qui posaient tous les actes de gestion, bien que, précisent les actionnaires, Patrick Kafindo ait été démis de ses fonctions par le conseil d’administration. The actionnaires disaient alors ne pas comprendre les besoins de fonds propes avancés par la Banque centrale, à savoir 90 millions de dollars. Après avoir demandé la restauration des organes sociaux de l’entreprise, ils proposaient que soi mené un audit contradictoire au terme duquel les besoins seraient évalués de façon collégiale et les responsabilités établies: “Our groupe panafricain dispose de moyens humains, matériels et financi ses engagements, tous ses engagements et rien que ses engagements. “

The communiqué était publié au lendemain de la 56ème session du conseil des ministres présidés par le président Felix Antoine Tshisekedi. A l’issue de ce conseil, une recommandation adressée à la Banque Centrale du Congo intimateit la nécessité de “take toutes the dispositions idoines for” protéger la stabilité du système bancire et l’épargne du public, dans les plus brefs délais “. Faisant suite à la recommandation dudit conseil des ministres, les actionnaires de Afriland First Bank Congo démocratique SA espéraient alors that the “strict application et exclusive de la Loi bancaire” liberates the Banque centrale du Congo, the Etat du Congo démocratique et Afriland First Bank Congo Démocratique SA, qui sont aujourd’hui otages d’une guérilla administrative et politico-judiciaire ouverte et entretenue sans ménagement par l’ex Directeur Général adjoint, pourtant désavoué et démis de ses fonctions par le Conseil d’Administration de la Banque, et qui continue depuis plusieurs mois et dans total impunity, à poser des actes dans l’illégalité total au nom d ‘Afriland First Bank Congo démocratique SA “.

Lire aussi: Secteur bancaire: Afriland First Bank se retire du marché ougandais

Administration provisoire ou expropriation?

Deux semaines après la parution de ce communiqué, the central Banque n’a visiblement pas donné suite à ces demandes formulées for the actionnaires qui totalisent 95% des parts d’Afriland First Bank CD. Elle a préféré mettre cette banque sous administration provisoire, ainsi que atteste le communiqué signé ce 20 juin 2022 par Malangu Kabedi Mbuyi, the Gouverneure de la Banque Centrale du Congo:

«The Banque Centrale du Congo informs the public que, conforming to dispositions of the articles 41 à 48 de la loi N ° 003/2002 du 02 février 2002 relating to the activité et au contrôle des établissements de crédit, Afriland First Bank CD SA est put sous gestion d’un comité d’Administration provisoire ».

Dans le même document, the institut d’émission monétaire announces the nomination of 7 personnes au sein du désormais comité d’administration provisoire dont 1 president and 6 members. Leur mission sera “to assure the gestion courante de la banque, serve the interfaces avec toutes the parties prenantes à la resolution de la situation de crise qui prévaut dans la banque et préparer dans un délai de 180 jours, le plan de redressement de Afriland First Bank CD ‘. The communiqué ne précise pas les raisons qui ont conduit à cette décision mais selon la loi elicitée, la mise sous administration provisoire intervient lorsque «les affaires de l’Établissement de Crédit sont conduites de manière à compromettre sa solvabilité, les intérêts des épargnants ainsi ceux des actionnaires, associés ou sociétaires »précise the article 41. On the question: here lies the responsibility for the mauvaise management qui a conduit à la décision de mise sous administration provisoire, quand on sait que les actionnaires majoritaires et les administrateurs ont été écartés de la gestion de puis juillet 2021? EcoMatin a appris d’autres sources de journaux congolais que de nombreuses décisions judiciaires prononcées par le tribunal du commerce de Kinshasa ont, entre avril et mai 2022, nommé deux administrateurs ad hoc: Ide Bopilo et Lionel Foko pour assurer la gestion de la banque, au regard de la non-légitimité by Patrick Kafindo. Mais ce dernier a usé de ses connexions by he au sein des appearils politico-administratives pour leur faire obstacle.

Pire, the a utilisé une cohorte d’éléments de sécurité armés jusqu’aux dents pour expulser de la banque les administrateurs ad hoc nommés for the tribunal de commerce.

Avec la put it sous administration provisoire de la banque, ce feuilleton took a last tour. Les actionnaires majoritaires prennent acte de ce que le projet d’expropriation suit son cours. Une internal sources of Africa First Group, a affirmé que le groupe se battra jusqu’au bout contre cette expropriation.

Lire aussi: Secteur bancaire: après le Tchad, Afriland First Bank lorgne vers le Congo

Leave a Reply

Your email address will not be published.