“La finance n’est qu’un moyen, pas un but”

À la suite d’un échec retentissant, le premier a opéré une transformation …

À la suite d’un échec retentissant, le premier a opéré une radical transformation de sa PME, created in 1963 et reprise par him in 2010. “Le détonateur, c’est il ya six ans, un projet qui nous a fait perdre 200 000 euros face to a client peu honnête maize also a defeat of quality of work », explique Thierry Burin des Roziers. The enterprise lost 40% of the son chiffre d’affaires. The patrons note “a form of epuisement dû à la suractivité du bâtiment in a milieu où tous the great projects dépassent de 30% le temps prévu”. He brought in a form of intuition, the transforme radicalement l’entreprise. Au chiffre d’affaires, the préfère un indicateur de valorisation des heures de travail, a ratio (prix de vente client moins the achat de matériel en rapport avec le nombre d’heures travaillées). «Dans le bâtiment, ya à 90% une logique de volume. On court en permanence, on fait beaucoup de volume à bas prix. Derrière, ça crée des tensions, de l’énergie useless. C’est désagréable pour tout le monde, chacun cherche des excuses, des explications ”, rapporte le patron. Il préfère renoncer aux appels d’offres publics, travailler mieux que trop. De 4.5 M €, the chiffre d’affaires passe à 2.5 M €: the enterprise encaisse des départs et trois licenciements.

«Ce rebond a commencé par un saut dans le vide. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires s’est stabilisé, même si ça n’est plus le sujet qui m’intéresse “, ajoute Thierry Burin de Roziers

Le patron a “coupé la logique d’épuisement”, et investi sur la logique de relation. The s’engage dans an RSE program avant de plancher sur la raison d’être de l’entreprise. «Our priority, c’est comprendre et serve le clients. Même si le projet n’aboutit pas avec un client, il ya une qualité de relation, donc un investissement. Les relations sont apaisées aussi bien à intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise. “

Ce discours him at été inspiré par son engagement au sein des EDC. «À la fin de ma vie, ce n’est pas la finance qui aura de la valeur. Elle n’est qu’un moyen, pas un but. »Président des EDC Poitou-Charentes Limousin (110 dirigeants), ya trouvé matière à solidarité, dignité,« économie du bien commun et partage équilibré de richesse ». «A modèle économique au service de l’homme et pas l’Inverse. »Il est entré dans ce mouvement chrétien œcuménique il ya douze ans pour« laborer en profondeur ». The reconnaît avoir changé et «énormément diminué la pression sur les collaborateurs».

Du partage d’expériences

Arrived dans le movement the ya quatre ans, en même temps que son entrée en entreprenariat, Amaury Legrand apprécie les échanges au sein des EDC. “Quand on est entrepreneur, on est très seuls face à la décision, au risque. Pouvoir échanger gratuitoment entre dirigeants, ça n’a pas de prix. »Il ya trouvé« une liberté de parole, une bienveillance dans la confidentialité qui donne confiance ». Et un “mouvement de partage de bonnes pratiques”, qui souhaite aujourd’hui s’ouvrir.

En binôme à la tête de the association des commerçants, ce chef d’entreprise dans l’hôtellerie et la restauration a appris lui aussi “à se détacher du chiffre d’affaires”, même s’il a une de volume obligation d ‘ activités. Sonné par le Covid (moins 78% du CA), the n’a pas écouté «son premier reflexe d’accablement sur son sort of him». «Cela ne menait à rien. Ce n’est pas en se lamentant qu’on women envie aux clients. “Son moteur, dit-il, il le trouve dans l’attitude et allant de ses collaborateurs, ébahi par la force créative des plus jeunes, persuadé que la société a besoin d’entrepreneurs,” et que l’argent n ‘ est pas le frein, l’essentiel c’est le projet “.

Tous entrepreneurs chrétiens

Sophie Izoard-Allaux, maître de conférences à la faculté de théologie de Lille, a compilé dans “Humaniser l’entreprise” (éditions Mame) 33 témoignages d’entrepreneurs, membres des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de toutes tailles, de tous secteurs. Parmi eux, celui de Thierry Burin des Roziers. The ya six ans, the a changé sa façon de diriger. Aujourd’hui, son agenda of him «est le plus blanc possible pour accueillir l’prévu». Village de François (pour les plus fragiles), éloge de la lenteur en entreprise, chantier d’insertion permanent aux Mureaux … derrière tous ces exemples détaillés, “des messages d’espérance” pour montrer qu’il “ya vraiment la possibilité d ‘ une vie dans l’entreprise épanouissante ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.