La semaine de tous les dangers (et peut-être même pire !!!)

Lorsque l’on voit la lists des chiffres trimestriels qui vont nous tomber sur la figure cette semaine, on peut se dire qu’il va y avoir du sport. Que l’on a intérêt à take toutes nos vitamines ce matin, de manger cinq fruits et légumes par jour et de dormir suffisamment pour être en forme afin de supporter the avalanche qui arrive. Mais comme si ça ne suffisait pas, depuis quelques jours on vient de se rendre compte que la hausse des taux de 0.5% à chaque meeting de la FED, c’est pas pour rire et qu’en plus ya la guerre en Ukraine et que Bill Gates est en train de shorter Tesla. Je me demande si je ne retournerai pas me coucher une semaine?

Audio on April 25, 2022


Download the podcasts

Point de situation

Vous le savez depuis le temps; ça fait plus de trente ans que la finance, c’est mon métier et que je passe plus de temps devant mes écrans de trading qu’à la salle de musculation ou sur le court de tennis. Mais je dois vous avouer une chose; c’est que plus les années passent, moins on fait de progrès «intellectuellement» sur les marchés. Lorsque j’ai commencé comme trader, mon premier jour, la première heure, mon boss, qui allait devenir mon “mentor”, est venu vers moi et m’a dit: Thomas, n’oublies pas une chose: le marché n ‘ I learn RIEN et il OUBLIE absolument TOUT !!! …

Au début, cette phrase n’avait pas pris beaucoup de sens au début. Mais au fur et à mesure des mois et des années, elle devenait de plus en plus entêtante et de plus en plus présente. In effect, chaque année je me renders a peu plus compte que les marchés avaient tendance à se souvenir des évènements passés uniquement pendant une période très courte. On avait the impression that l’on pouvait se take des krachs monumentaux dans les dents, jurer que PLUS JAMAIS ON N’ACHÈTERAIT DES ACTIONS DE NOTRE VIE ET ​​QUE C’ÉTAIT JURÉ… et puis 6 mois après, on recommençait. On recommençait la même chose avec les mêmes erreurs, les mêmes conneries, les mêmes choses stupides qui avaient mené au krach il ya 6 mois revenaient sur le tapis et c’était le cercle vertueux qui recommençait.

On n’apprend vraiment rien

Pourtant, au fond de moi, tout au fond, j’avais quand même l’impression que l’être humain n’était pas complètement idiot et qu’un jour il allait apprendre de ses erreurs. On sait tous que lorsqu’un enfant de 14 mois se brûle avec une bougie quand il découvre le feu, il ya de fortes chances que dorénavant, il reste à distance de tout ce qui est chaud et qui sparkles dans la nuit.

Même mon labrador qui a découvert récemment le concept de clôture électrique between him and the vaches a clairement compris que la distance nécessaire à respecter between him et la bête à cornes était liée à ce petit fil de fer here “buzz” au milieu des pâturages. Mais au cours de ma carrière, plus les années passaient, plus je me rendais compte que le trader, the investisseur, le gérant de fonds, le hedge fund manager ou le vil spéculateur n’apprend absolument rien et d’apprendra jamais rien du tout, tout comme il n’apprendra pas à voir plus loin que le bout de son nez. La semaine qui vient de s’écouler en la parfaite illustration.

Rien de neuf, mais tout se complique

Fundamentally, nous commençons la semaine avec absolument rien de nouveau. Rien de nouveau si ce n’est le fait que l’on est déjà au bord de la panique pour de multiples raisons. Il ya déjà les taux qui nous font Totally Flipper et depuis le discours de Powell la semaine dernière, on ne sait plus comment on s’appelle. On dirait que l’on vient de réagir et que l’on vient de se rendre compte que la hausse des taux, c’est pas pour rigoler. Jeudi dernier avant le discours, on se disait que monter les taux, c’était bien parce que ça permettait de lutter contre inflation et que finalement, c’était ça l’Important. Par contre depuis jeudi on a le sentiment que l’on vient de nous lâcher dans une arène où l’on doit lutter à mains nues contre des scorpions qui sont mortels à la première piqure.

Les indices américains ont fine au fond du bac vendredi dernier, le semi-conducteur index a même cassé les supports à la baisse et ne nous le cachons pas, c’est moche. C’est pas encore TRÈS TRÈS MOCHE; mais c’est franchement pas terrible. De son côté, le Nasdaq nous laisse encore espérer. Tout comme le S & P500, mais pour être franc, on a connu des lendemains de gueule de bois qui étaient plus marrants que ce lundi matin. Sans compter que le clown de l’Élysée est de retour pour cinq ans et on n’imagine même pas comment il va se sentir tout puissant, déjà qu’il ne Passit plus les portes, je crains le pire.

En résumé

Yes l’on doit faire le bilan; on se rend compte que les taux vont monter, monter et monter encore. Que ça ne va pas se faire tout en douceur et en délicatesse, mais plutôt à la truelle. On se rend compte également que les chiffres du quarter, ça ne sera pas une promenade de santé – rapport à affaire Netflix – et que chaque erreur de calcul ou ratage par rapport aux attentes des Dieux de la finance, sera sévèrement sanctionné avec une baisse de l’ordre de 15 à 40% et ensuite une remise en cause total de the industry dans laquelle cela s’est produit. Not, because you want to go to court, depuis que Netflix c’est de la daube, if you demand streaming, c’est bien. Comme si ce soir Activision, a raté son quarter, on va se demander s’il ne vaut pas mieux vendre les jeux vidéo et se concentrer sur le retour des jouets en bois. J’imagine asses bien une class d’ados de 13 ans a qui tu enlèves le smartphone pour les mettre aux échecs ou aux travaux manuels….

En plus de tout conceals, on a toujours la guerre en Ukraine qui sert de justificatif en cas de doute. Au cas on aurait un doute et que l’on chercherait une raison pour tout vendre et partir en courant. Aujourd’hui, la guerre en Ukraine, c’est l’excuse idéale pour se victimiser: t’as pas fait tes devoirs? La guerre en Ukraine. En retard au boulot? La guerre en Ukraine. T’as raté ton quarter? La guerre en Ukraine. T’es pas élu President of France? La guerre en Ukraine. T’as pas gagné the Champions League? La guerre en Ukraine. Tu vas pas au Quatar? T’as oublié d’acheter du pain en revenant du bureau? La guerre en Ukraine …

Bref, ça peut continuer encore longtemps comme ça. Mais toujours est-il que ce matin, tout va mal et quand je lis la presse du matin, je me rappelle la chanson de Stefan Eicher qui voulait simplement déjeuner en paix. Alors personnellement, j’ai trop mangé de raclette hier soir, donc rien qu’à l’idea de déjeuner ce matin, j’ai envie de vomir – mais si je pouvais juste take mon café en paix, ça serait merveilleux, mais ça à l’air d’être tout simplement impossible.

En Asie

Ça n’est pas qu’il ya une avalanche de mauvaises nouvelles à l’heure où je vous parle, mais c’est surtout que l’on ne digère pas les paroles de Powell – ce qui me rend toujours aussi fou de rage, sachant que ça fait des semaines que l’on nous conditionne, que l’on nous prévient que les taux vont monter et même qu’ils vont monter fort et que quand Powell nous le dit lui-même on a l’Impression qu’il n’utilise pas les mêmes mots que les autres. Pourtant je vous jure, j’ai checké: when Bullard dit qu’il faudrait monter les taux à coup de 0.75% voire même 1% lors du prochain meeting, le marché ne réagit pas si mal. Pourtant il parle bien des mêmes pourcentages, des mêmes FED funds et quand il parle de Jerome Powell, c’est le même aussi. Mais allez savoir pourquoi, le marché ne réagit pas la même chose.

Quoi qu’il en soit, ce matin c’est le bain de sang en Asie. Le Nikkei se fait démonter de 2%, le Hang Seng est en apnée à poids constant en recul de 2.6% et même la Chine lose 2.5% en signe de sympathie. Les futures sont en baisse de près de 0.7% et le future Dax est indiqué en recul de 1.7% – pas certain que la réélection de Macron Premier suffise à faire remonter le CAC40, même si la victoire d’hier soir est un peu sa victoire to him. L’ambiance est pourrie et en plus je viens d’ouvrir un volet; the pleut.

La seule bonne nouvelle du matin, c’est que le pétrole est en baisse de près de 3%, mais la mauvaise c’est que s’il baisse de 3%, c’est parce que la Chine devrait se confiner encore plus longtemps . Juste le temps que le COVID, les chauves-souris, les pangolins et les soupes aient disparus de la surface de la planète. Le baril est donc juste en-dessous des 100 $ – et tant que que le nouveau Président du Monde Libre Emmanuel John Fitzgerald Macron Kennedy ne lance pas le boycott against the Russian pétrole, the ya de esprir – oui, non, je dis ça parce que dans son discours de victoire, the Roi de France n’a rien trouvé de mieux que de reprendre du Kennedy. On espère pour lui qu’il ne finira pas comme are idols of him. Pendant que le pétrole se fait taper dessus, or aussi. Le métal jaune revient sur les 1923 $ et comme dorénavant le Bitcoin est officiellement corrélé à la techno américaine, ce dernier joue dangereusement avec les 39’000 $.

Les nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, on learning that Twitter is finally étudier offered by Elon Musk. Il faut dire que certains actionnaires ont tapé du poing sur la table, estimant que le projet du Roi Midas qui transforme tout ce qu’il touche en or est viable et qu’en plus, à cause de l’argent, ça les arrange de sell leurs titres à 50 $ plutôt qu’à 32 $. Toujours au sujet de Musk – oui parce qu’une journée sans un tweet de Musk, ça n’est pas une vraie journée – l’homme le plus riche du monde nous fait un caca nerveux parce que l’on s’autorise à penser in the milieux autorisés que Bill Gates evening short on Tesla and ça ne fait pas plaisir à Elon. Euh. Bon. Qu’il prenne son téléphone of him et qu’il appelle Bill Gates, qu’ils règlent ça entre eux. Si on pouvait passer à autre chose. Il ya quand même des choses plus graves comme la guerre en Ukraine et Macron qui va rester 5 ans de plus.

Autrement, the ya Bank Of America qui annonce que, selon ses calculs, les investisseurs ont sorti des milliards des bourses mondiales depuis 4 mois et que ça n’est pas fine. Il y aussi Renault qui voudrait bien sortir de Nissan et moi qui voudrait sortir de mon bureau pour retourner me coucher. Il y aussi le Barron’s qui pense que Facebook est mal en point et que la guérison take du temps, mais qu’en revanche, acheter Under Armor pourrait être une bonne idée.

Du côté des chiffres

Pour ce qui est des chiffres de la semaine, on ne va pas se le cacher, c’est le gros truc du moment. Aujourd’hui, on commence avec Coca-Cola, Activision, Roche, Banque Cantonale Vaudoise, Deutsche Boerse, Philips, Vivendi et Bolloré (qui doit être super content de la réélection de son poulain). Pour ce qui est des chiffres économiques, il y aura l’IFO en Allemagne et pas grand-chose qui mérite de rester debout ce matin. Les futures sont donc à la casse, l’Asie aussi, il fait moche, c’est encore l’hiver quand je regarde dehors – heureusement que je suis encore en vacances, sinon ça serait déprimant.

Je vous souhaite un très bon lundi, an excellent début de semaine et je me réjouis déjà de vous retrouver demain, ici-même !!!

Thomas Veillet
Investir.ch

«C’est pas compliqué, en politique, the suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire! “

Coluche

Leave a Reply

Your email address will not be published.