Les crypto en danger? Une étude énumère les failles des blockchains

Les cryptomonnaies seraient plus vulnérables que prévu. D’après une étude américaine, certaines entités sont bien placées pour mettre en danger les blockchains.

La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), the agency de R&D du département de la Défense des États-Unis, vient de publier un rapport consacré à la blockchain, la technologie derrière les cryptomonnaies. Pour réaliser cette étude, the agency s’est appuyée sur l’expertise de Trail of Bits, une société de recherche spécialisée dans la sécurité.

Dans l’étude, titulée les blockchains sont-elles décentralisées ? les chercheurs expliquent avoir découvert une série de failles dans le fonctionnement des deux cryptomonnaies principales du marché: the Bitcoin (BTC) et l’Ether (ETH).

Les dangers de la centralization des cryptomonnaies

D’après les chercheurs de Trail of Bits, les deux cryptomonnaies ne sont pas aussi décentralisées que prévu. Pour rappel, the décentralization fait partie des attributs principaux des cryptodevises et de la blockchain. The s’agit même d’une des valeurs centrales de l’écosystème depuis son émergence. Indépendantes des banques et des gouvernements, the cryptomonnaies ambitionnent d’affranchir leurs utilisateurs de all forms of central authority. Ce n’est donc pas une surprise si la philosophie du Bitcoin est fortement inspirée du crypto-anarchisme et du mouvement cypherpunk.

Or, l’étude de la DARPA estime que la décentralisation des cryptomonnaies n’est pas représentative de la réalité. Les chercheurs ont en effet découvert une pléthore de “Points de centralization imprévus”. Dans ces cas de figures, les chaînes de blocs se retrouvent théoriquement à la merci d’une poignée d’individus ou d’entités.

“The a été tenu pour acquis que la blockchain est immuable et décentralisée, parce que la communauté le dit”tacle Dan Guido, PDG de Trail of Bits, questioned by the NPR.

The experts ont notamment remarqué que 60% du trafic du réseau Bitcoin it passes through the biais de trois fournisseurs d’accès à Internet. Here he posed a problem: he une coalition d’opérateurs se mettait d’accord pour bloquer accès Internet de ces nœuds, le réseau pourrait rencontrer des difficultés de fonctionnement.

«Imaginons que quelqu’un ayant un grand contrôle sur Internet dans son pays commence à interférer avec le réseau. En ralentissant ou en arrêtant le trafic légitime de la blockchain, un attaquant pourrait devenir la voix majoritaire du consensus et censurer les transactions “détaille le responsable.

“Une minorité de fournisseurs de services réseau, dont Tor, sont responsables du routage de la majorité du trafic blockchain”, soulignent aussi les chercheurs. Apparemment, une grande partie du trafic des chaînes de blocs passe par le réseau décentralisé Tor. Ce constat est préoccupant, car un acteur malveillant est capable of taking the contrôle des nœuds de Tor. Une attaque de cet acabit a déjà eut lieu an dernier. “Un nœud de sortie Tor malveillant peut modifier ou supprimer le trafic”argue le rapport.

Il serait également possible d’empêcher une transaction en Bitcoin en interceptant une communication d’un nœud à un autre, estiment les chercheurs. L’étude pointe du doigt le fait que le trafic entre les nœuds Bitcoin n’est absolument pas chiffré. De fait, un intermédiaire pourrait intervenir pour bloquer une transaction sur la blockchain.

Enfin, Trail of Bits révèle qu’environ 21% des nœuds Bitcoin exécutent an ancienne version of Bitcoin Core. The s’agit du logiciel peer-to-peer qui permet de faire tourner le protocole et de transformer un ordinateur en nœud du réseau. En d’autres termes, 21% des nœuds exécutent une version vulnérable du logiciel, ce qui compromet théoriquement la sécurité de toute the infrastructure.

L’étude regrette par ailleurs qu’une poignée de pools, c’est-à-dire une coalition de mineurs, ait accaparé l’essentiel du minage des cryptomonnaies. D’après les chercheurs, les quatre pools de minage les plus populaires concentrent plus de 51% de la puissance de Bitcoin “et chacun des pools utilise son own protocole propriétaire et centralisé “. Pour exécuter une attaque et déstabiliser le réseau, the suffirait de faire tomber ces quatre pools. The situation serait encore pire du côté d’Ethereum, dont l’équilibre ne reposerait que sur deux pools.

Il ya quelques jours, une étude de l’université Cornell (États-Unis) a révélé que le Bitcoin était très centralisé à ses débuts. Aux origines, le roi Bitcoin ne reposait que sur 64 mineurs. La cryptomonnaie n’a donc survécu que grâce à l’truisme des premiers usagers. Ces découvertes surviennent dans un contexte compliqué pour le secteur des cryptomonnaies. Depuis quelques semaines, tout le marché est dans le rouge. Après l’effondrement de plusieurs projets d’ampleur, the Bitcoin s’est contracté autour des 20 000 dollars, loin de son record de an dernier.

A secteur en perpétuelle évolution

Les risques présentés par l’étude de la DARPA sont très éloignés de la réalité, estime Yan Pritzker, founder of Swan Bitcoin. Selon lui, les dangers pointés par Trail of Bits ne sont que des théories. ” Si ce genre d’attaque est possible, pourquoi cela ne s’est-il pas produit? […] Dans des conditions réelles, ces choses ne se produisent pas “, explique Yan Pritzker à la NPR. Christian Catalini, founder of the MIT Cryptoeconomics Lab, abonde dans le même sens et affirme que le rapport est «Exagéré».

Aune de ces études, on pourrait cependant estimer que les cryptomonnaies sont plus fragiles que leurs défenseurs le prétendent. Trail of Bit accusations même les investisseurs, here cherchent à tirer profit de la ruée towards the or de cette décennie “à ignorer sciemment les risques inhérents aux chaînes de blocs et aux cryptomonnaies “.

Pourtant, la majorité des dangers soulevés par les chercheurs sont connus des acteurs de l’écosystème. Conscients des defis des cryptomonnaies, des firmes come Blockstream se montrent proactives et développent des solutions pour améliorer la sécurité du réseau Bitcoin.

Afin d’émanc for the cryptomonnaie of the Internet, the Canadian enterprise to launch a service satellite baptisé Blockstream Satellite. Concrètement, ce projet permet de faire tourner le réseau Bitcoin grâce à une constellation de satellites placés dans l’atmosphère. Dans le même ordre d’idée, the organization Bitcoin Venezuela a développé a technology qui permet de réaliser des transactions on the blockchain en passant for the radio.

“La communauté peut toujours se coordonner, répondre et je pense qu’au fil du temps, s’améliorera dans le développement de bonnes solutions”, declare Christian Catalini à la NPR.

Gardons à esprit that les cryptomonnaies sont encore très jeunes. Dans les années à come, une foule d’novations viendront perfectionner l’écosystème et colmater les éventuelles brèches. Comme le dit adage, Rome ne s’est pas faite en un jour.

Source:

DARPA

Leave a Reply

Your email address will not be published.