Les marchés financiers sous la menace d’un wars. The résumé de la semaine

Goldwasser Exchange fait le point sur ce qu’il faut savoir pour commencer la semaine.

Attaquera? Attaquera pas?

Mardi dernier, la Russie annonçait le retour de certaines troupes à leurs bases ma la nouvelle de ce retrait partiel a été vite démentie par les Américains. Jeudi, il était question de sept one thousand soldats supplémentaires acheminés près de la frontière ukrainienne. Washington a prévenu que les Russes cherchaient à créer an incident de toutes pièces pour avoir un prétexte of intervention. En fin de semaine, on signalait a grand nombre de violations du cessez-le-feu de part et d’autre de la ligne de démarcation and a chef séparatiste to appelé la population à évacuer les villes du Donbass. La response sèche du Kremlin à la lettre envoyée par les Américains laisse peu de place à une sortie de crise possible. In this document, the Russie menace “de recourir à des mesures technico-militaires” si ses exigences ne sont pas acceptées. Vendredi, Joe Biden estimait que Poutine avait pris la décision d’attaquer. Antony Blinken and Sergueï Lavrov doivent se rencontrer cette semaine mais in the evening peut-être trop tard.

France: après les bon chiffres, les moins bons.

S’il peut se réjouir des bons résultats de l’économie française here for a taux de croissance de 7% en 2021 et un chômage en baisse à 7.4%, Emmanuel Macron ne doit pas crier victoire pour autant. Les défauts structurels de la France se sont encore accentués depuis deux ans: désindustrialisation, perte de compétitivité, recul des parts de marché en Europe and creusement du déficit de la commercial balance. The commercial deficit at 84.7 billion euros in 2021 alors qu’il n’était que de 26.7 billion in 2019. Celui-ci ne peut être entièrement imputable à la hausse des importations. The part des exportations françaises en zone euro a chuté de 5% depuis 20 ans et son recul “concerns toutes les catégories de biens et services” (Rexecode). Pour rendre les entreprises françaises plus compétitives, the faudrait baisser les charges qui pèsent sur elles et plus particulièrement les impôts de production prélevés par l’Etat avant même que l’enterprise ne dégage le moindre bénéfice. Of an autre côté, la baisse des recettes fiscales aurait pour effet de creuser encore déficit budgétaire, dont l’aggravation vient d’être dénoncée par la Cour des comptes. A sacred dilemma here awaits the prochain hôte de l’Elysée.

Le nucléaire fait son come-back.

Dix ans après the accident de Fukushima, l’énergie nucléaire jouit d’un regain de faveur en Europe. The labellisation du nucléaire as “energy of transition” accorded by the European Commission he a woman une nouvelle respectabilité. In octobre dernier, dix pays dont la France avaient publié une tribune soulignant l’portance de cette énergie pour reply à la forte demand en électricité. Une demand qui ne pourra être comblée ni par l’éolien, une source d’energy intermittent, ni par les centrales à charbon, grandes émettrices de CO2, ni par le gaz, here accentuates the dépendance envers l’étranger. En France, Emmanuel Macron announced a vast plan de relance nucléaire prévoyant the construction of 6 centrales de type EPR 2 d’ici 2050 and peut-être de 8 centrales supplémentaires. Le parc nucléaire serait également complété par de petits réacteurs modulables de type SMR and par la prolongation de vie de tous les réacteurs actuels en bon état.

En attendant le métavers.

Meta (Facebook), here a lourdement chuté en bourse suite à la publication de mauvais résultats, s’est donné un nouvel objectif: le métavers. Finis les réseaux sociaux de papa. L’avenir appartient à la réalité virtuelle et augmentée. Une idée ambitieuse mais qui laisse les analystes dubitatifs car les investissements sont très lourds. The métavers requiert une énorme puissance informatique et il n’est pas sûr que utilisateur lambda veuille s’immerger dans un univers peuplé d’avatars, a casque VR sur la tête ou une paire de lunettes sur le nez. En attendant cet horizon radieux, Meta vient de communiquer sa nouvelle charte. Les collègues de travail s’appelleront desormais des “métapotes” (metamates) et leurs nouveaux mots d’ordre sont “Vivez dans l’Avenir” et “Bougez vite ensemble”. Pas sûr que ce lifting allows a goal of regagner les 500 milliards of capitalization évaporés depuis son pic de November.

Apple, valeur de croissance sûre.

Si Meta se projette dans avenir, Apple occupies itself du présent. La firme à la pomme vient de dévoiler deux innovations mineures mais qui font la différence. The “Tap to Pay” feature, available with Etats-Unis, transforms iPhones into lecteurs de carte bancire. The suffit de mettre en contact an iPhone or a bank card with the iPhone d’un commerçant pour effectuer un paiement. Et “Face ID”, une fonctionnalité bientôt disponible sur l’iOS 15.4., Allows de déverrouiller an iPhone via la reconnaissance faciale sans devoir enlever son masque. This is an espérer that this option is available in the evening plus nécessaire. En mars, Apple will produce an affordable iPhone plus and a new iPad. De toutes les grandes valeurs technologiques, Apple est cells qui résiste le mieux à la tourmente. Elle n’a perdu que 5.65% depuis le 1er janvier. A part un crash ou une guerre, on ne voit pas pas ce qui pourrait l’arrêter.

Les bourses en dents de scie.

New volatile semaine sur les marchés. Le VIX, surnommé “index de la peur”, s’est maintenu à des niveaux élevés. Mardi, les valeurs progressaient, soulagées par les rumeurs de retrait partiel russe. Les espoirs furent vite douchés car jeudi, on apprenait qu’il s’agissait sans doute d’une ruse. Plongés in the uncertainty of the total plus, les marchés perdaient du terrain en fin de semaine. Au final, the S&P 500 reculait of 1.58%, the Nasdaq of 1.76%, the Stoxx 600 of 1.86%. The DAX allemand cèdait 2.48%, the Allemagne ayant le plus à perdre d’un conflit in Ukraine, in raison de sa dépendance au gaz russe. Au plan des entreprises, on note une fois de plus une salve de bons résultats. Airbus announces a record bénéfice pour 2021 and pays a dividend. Le constructeur a livré 611 avions (Boeing: 340) and espère en livrer 720 in 2022. Nestlé a vu son bénéfice croître de 38.2% and pays a dividend of 2.80 CHF (2.37%). Le secteur du luxe confirms are excellente santé avec les résultats records de Kering et de Hermès, même si cette dernière est limitée par ses capacités de production.

The action de la semaine.

On attend notamment les résultats de HSBC, Barclays, Alibaba, Mercedes-Benz, Stellantis, AB InBev, UCB, Solvay et des vedettes de an dernier, Etsy, Block (Square), Coinbase, et Moderna. PSA fusion result (Peugeot-Citröen) with Fiat-Chrysler, Stellantis est le quatrième constructeur mondial. The consensus des analystes conseille d’acheter le titre et voit une marge de progression conséquente. The 2022 dividends are estimated at 1.01 euros, which here represent 6.25% on the ratio à la valeur actuelle du titre.

Toute l’équipe de Goldwasser Exchange vous souhaite une bonne semaine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.