Les marchés financiers vulnérables face à la guerre en Ukraine

Les marchés ont affiché leur vulnérabilité lundi face à la guerre en Ukraine, toujours dans incapacité d’anti for the evolution and impact économique du conflit here provoque a flambée des prix des matières premières et une forte volatilité.

Après des replis de plus de 4% en début de journée, certains indices européens ont fait une petite incursion dans le vert avant de finalement battre en retraite pour finir dans le rouge: Francfort a lâché 1.98%, Paris 1.31%, Milan 1.36% and London 0.40%.

In New York, Wall Street a terminé en sévère baisse, inquiète de impact sur l’économie et inflation de la guerre en Ukraine et des sanctions: the Dow Jones index lost 2.37%, the Nasdaqs a plongé of 3.62% and the S&P 500 to 2.95%.

Tétanisés à l’ouverture par les discussions sur the possibility of listening to the importations de pétrole russe en réponse à the invasion de Ukraine, les indices européens se sont un peu détendus après l’annonce d’une rencontre entre les chefs des diplomaties russe et ukrainienne prévue jeudi en Turquie et avant que ne commence la troisième session de négociations Russo-ukrainiennes lundi soir au Bélarus, consacrée aux couloirs humanitaires.

Celle-ci est achevée lundi en fin de journée avec quelques “résultats positifs”, to annoncé Mykhaïlo Podoliak, member of the Ukrainian délégation, on Twitter.

Les investisseurs ont également pris note de la déclaration du chancelier allemand Olaf Scholz selon laquelle les importations d’énergie fossil en provenance de Russie sont “essentielles” pour la “vie quotidienne des citoyens” in Europe, et the approvisionnement du continent ne peut pas être assuré autrement à ce stade.

Sur le marché américain, the appréhension of an embargo sur les importations russes de brut qui renchérirait encore les cours du pétrole, to accéléré les pertes de fin de séance.

Le président américain Joe Biden “n’a pas pris de décision à ce stade” sur un tel embargo, a toutefois indiqué la Maison Blanche.

Flambée des matières premières

In ces conditions, les prix du pétrole ont continué de flamber lundi.

Le baril de Brent de la mer du Nord, qui avait frôlé les 140 dollars en début de séance asiatique, s’est ensuite replié mais a tout de même fine en hausse de 4.31%, à 123.21 dollars.

Quant au barrel of West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en avril, il a progressé de 3,21%, pour clôturer à 119,40 dollars, après avoir francs 130 dollars en début de séance.

The price of the contract of European gaz de référence progressed by 11.66%, après avoir touché a nouveau record at 345 euros le mégawattheure.

Les prix des métaux continuaient de monter: celui de aluminum a dépassé for the premiere fois la barre des 4,000 dollars la tonne. Celui du nickel a attiint, comme le cuivre et le palladium, a plus haut historique à 55.000 dollars a tonne.

Le blé meunier a attiint 435 euros la tonne sur le marché européen.

Dans ce contexte, les investisseurs craignent que inflation, déjà préoccupante, n’augmente encore en raison de l’envol des prix de l’énergie et des matières premières, et que les entreprises pâtissent de ces hausses de prix qui renforcent leurs coûts d’exploitation.

Selon plusieurs observateurs de marché, cette crise ne devrait pas remettre en cause la normalization de la politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui se réunit jeudi, mais pourrait toutefois la décaler.

Les marchés financiers vulnérables face à la guerre en Ukraine

Après avoir dépassé les 2.000 dollars l’once, une première depuis août 2020, l’or s’échangeait à 1.996,81 dollars l’once peu avant 22H00 GMT.

Le dollar gagnait 0,67% face à the euro. Plus tôt, la monnaie européenne avait chuté temporairement de 1% face au billet vert.

La monnaie russe fondait de 16%, à 139.29 rubles for one dollar, après avoir touché 177.26 rubles for one dollar, un nouveau plus bas historique.

Moults secteurs en repli

“Toutes les entreprises qui ont une exposition à la Russie – même un simple cas contact économique – sont vendues comme si elles avaient subitement contracté la peste et le choléra …”, résume Fidelity International dans une note.

Les marchés financiers vulnérables face à la guerre en Ukraine

La banque-assurance a de nouveau été délaissée à immagine d’Allianz (-2.83% à 183.22 euros), Commerzbank (-5.19% à 5.64 euros, au MDax), Deutsche Bank (- 2.77% à 8.90 euros), Munich Re (-4.45% à 209.15 euros) in Francfort ou Société Générale and BNP Paribas here if sont enfoncées de plus de 4%.

Dans le tourisme, Air France-KLM at dégringolé de 6.07% at 3.30 euros and the groupe hotel Accor at 7.12% at 24.25 euros. In London, Easyjet a plongé de 7.53% à 439.50 pence and IAG a piqué du nez (de 5.86% à 116.24 pence). In Dublin, Ryanair at chuté de 7.79% à 12.25 euros.

In New York, the perspective d’un bond du coût du kérosène a fait descendre en flèche Delta Airlines (-12.78% à 30.11 dollars) and United Airlines (-15% à 31.20 dollars).

In Francfort, Adidas for distancé purposes (-5.40% à 176.90 euros). Le groupe réalise moins de 3% de ses ventes en Russie maize n’a pas encore communiqué sur la poursuite ou non de ses activités dans le pays. Son rival Puma, here at annoncé samedi les suspendre, at reculé de 3.99% à 64.98 euros.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.