Les prix flambent mais toujours pas d’indexation des salaires et des retraites sur le taux d’inflation!


T.irée par la hausse des prix de l’énergie et de l’aimentation, L’inflation en France vient de franchir la barre des 4% sur un an.

Outre la hausse des prix des produits pétroliers liée notamment à la guerre en Ukraine, the Insee observe, selon sa dernière estimation, une nette croissance du prix des produits manufactures et alimentaires …

From mars 2021 to mars 2022, les prix à la consommation ont augmenté of 4.5%. Within the mois de février et mars 2022, the index des prix a grimpé de 1.4%, après une hausse de 0.8% entre janvier et février.

Dans ces conditions, les Français ont de plus en plus de difficultés pour boucler leurs fins de mois et payer les factures d’électricité, de gaz, d’eau, etc. De plus en plus de salariés économisent sur la pause-déjeuner en n’allant plus déjeuner tous les midis au restaurant, y compris le restaurant d’entreprise. C’est le grand retour de la gamelle et de la cuisine fait-maison.

Si la hausse du revenu des menages est toujours officiellement légèrement positive, c’est parce qu’elle concerns the revenu moyen des menages qui n’est qu’une simple moyenne mathématique ne correspondant à aucune réalité socioprofessionnelle.

Cette situation est encore aggravée par an index des prix calculated par l’INSEE, datant de 1946 et qui est loin de refléter la réalité quotidienne car la mesure de inflation concerns que les prix à la consommation. Cet Index n’a jamais intégré par exemple the augmentation des prix camouflée par les «arrondis» opérés nettement à la hausse après le passage à l’uro ou the augmentation de prix d’un produit nouveau identique à ancien mais présenté sous une autre forme.

Que fait le gouvernement?

Face à l’envolée de la hausse des prix, le gouvernement se contente de petits gestes, avant tout électoralistes, comme indemnité inflation de 100 euros versée à tous ceux qui touchent moins de 2000 euros nets par mois ou la remise de 18 centimes sur le prix des carburants du 1er avril au 1er juillet 2022 qui ne répondent pas aux racines du problème dune inflation galopante.

Dans la fonction publique par exemple, alors que la valeur du point d’indice doit être normally revalorisée tous les ans lors de négociations salariales entre le gouvernement et les syndicats, le pouvoir d’achat des fonctionnaires a été laminé par le gel du point d ‘index. Il n’a pas été rattrapé par sa hausse de 0,5% en 2009 ni cells de 1,2% en deux fois (0,6% en juillet 2016 et 0,6% en janvier 2017). From janvier 1994 à juillet 2016, the index point to progress of 19.4% alors that the inflation sur la même periode progressait of 39.15%. Pour un débutant dans la fonction publique, à grille indiciaire identique, cela représente une perte de revenu de 20%!

The en est de même pour les salariés du secteur privé. Une perte de 1.4% est attendue au premier quarter 2022, par rapport au quarter précédent. On n’avait pas vu un pareil recul depuis 2012 et la crise de la zone euro. Dans de nombreuses branches professionnelles, le salaire d’embauche est souvent inférieur au SMIC. Une prime say «résorbable» est alors versée aux salariés concernés mais sans toucher aux revenus supérieurs au SMIC, cette pratique est responsable d’un taxation continu des salaires vers le bas dans de plus en plus de branches professionnelles!

La perte de pouvoir d’achat touche également les bénéficiaires de prestations diverses (pensions de vieillesse ou d’validité, retraites complémentaires, allocations chômage, allocations familiales, allocations logement, etc.) versées par des organismes qui utilisent des mécanismes d’indexation plus ou moins originaux qui ne tiennent pas compte du taux d’inflation réel!

The new world promis par Emmanuel Macron if solde ainsi par an une situation unédite: une perte de pouvoir d’achat pour tous les salariés et retraités depuis le debut de son quinquennat.

Seule une indexation des salaires et des pensions sur le taux d’inflation peut préserver durablement le pouvoir d’achat

The régression du pouvoir d’achat des salariés et retraités vient cependant de loin. C’est en effet au début des années 80 que François Mitterrand et son ministre de l’Economie et des Finances, Jacques Delors, ont entamé le tournant de la rigueur en supprimant the indexation automatique des salaires sur le taux d’inflation qui protégeait jusqu’alors les salariés et qui datait de juillet 1952 under the présidence de Vincent Auriol (SFIO). Ce fut un coup fatal particulièrement dramatique pour 40% d’entre eux déjà victimes du chômage total ou partiel, du temps de travail partiel subi, d’un déménagement pour cause professionnelle, etc.

A cette époque, le gouvernement bloqua dans la Fonction publique les rémunérations qui avaient suivi jusqu’ici l’évolution des prix. The ensuite encourages the employeurs du secteur privé à agir de même. Les clauses d’indexation des rémunérations sur les prix furent ensuite retirées une à une des conventions collectives dans les années qui suivirent. Les lois Auroux réaffirmèrent leur interdiction dans le Code du Travail, article L.141-9: ” sont interdites, in les conventions ou accords collectifs de travail, les clauses behaant des indexations sur le salaire minimum de croissance ou des références à ce dernier en vue de la fixation et de la révision des salaires prévus par ces conventions ou accords.

Aujourd’hui, seule une réintroduction de l’échelle mobile des salaires serait de nature à préserver durablement le niveau de vie de tous les salariés et retraités sans que les syndicats aient à ferrailler chaque année contre les gouvernements successifs ou les organizations patronales.

L’échelle mobile favorise en outre une solidarité between the travailleurs des secteurs forts and ceux des secteurs faibles ainsi qu’entre les travailleurs actifs et inactifs. Elle est un facteur de stability social: les négociations salariales peuvent se concentrer sur l’Augmentation réelle des salaires. C’est également un facteur de stabilité économique car le maintien du pouvoir d’achat représente un facteur de consommation et donc de croissance économique.

Ce système existe dans plusieurs pays comme la Belgique et le Luxembourg. Il peut revêtir différentes formes (ajustement automatique des salaires à chaque variation de l’index des prix, ajustement dès que l’index choisi dépasse un certain seuil, ajustement à périodes fixes en fonction des variations enregistrées, etc.). The existe également mais sans caractère automatique en Allemagne ou aux Pays-Bas: the syndicats doivent alors négocier pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie depuis les négociations precedent à la suite de inflation.

Et contrairement à ce qu’affirment certains pseudo-consultants qui professent à longueur d’année sur les plateaux télé, une réintroduction de l’échelle mobile des salaires, ne nuirait pas au développement économique. Elle ne favoriserait pas non plus the inflation car cells-ci est basée sur l’évolution réelle des prix qui s’est déjà produced au cours du ou des mois précédents. Ces “experts économiques” ont tendance à confondre les notions de réelle augmentation des salaires (supérieure au taux d’inflation) and de simple maintien du pouvoir d’achat suite au mécanisme d’indexation (égal au taux d’inflation).

The question du pouvoir d’achat des salariés et retraités est devenu un des thèmes majeurs de la Campagna présidentielle. Emmanuel Macron déclare être favorable à la défense du pouvoir d’achat et promet tantôt l’ouverture de grandes négociations salariales, tantôt des coups de pouce salariaux ou des primes diverses, mais proposed pas de protéger durablement le pouvoir d’achat des Français en réintroduisant un système d’indexation des salaires et retraites sur le taux d’inflation …

Photo Creative Commons

Lire toutes les infos du blog:

Leave a Reply

Your email address will not be published.