Les retraites vont augmenter de 2% au 1er mai

Tahiti, le 19 avril 2022 – Pour lutter contre les effets de inflation, le conseil d’administration de la CPS a voté mardi matin un avis favorable à l’augmentation de 2% des pensions de retraites relevant de la tranche A au 1er never prochain.

Sitôt dit, sitôt fait. Jeudi dernier à l’emblée, le président du Pays Édouard Fritch avait annoncé réfléchir à proposer “en temps opportun” une “baisse des charges sociales et une revalorisation des pensions de retraites” au conseil d’administration du Régime général des salariés de la Caisse de prévoyance sociale (CPS). Mardi matin, les administrateurs du régime étaient tous réunis au siège de la CPS pour rendre un avis sur la second partie de cette proposition: augmenter les pensions de retraite relevant de la tranche A de 2% au 1er never prochain. “Il n’y a pas vraiment eu de débat”if réjouissait sur place le ministre en charge de la Protection sociale généralisée (PSG), Yvonnick Raffin. “Il ya eu une quasi-unanimité sur le sujet. La disposition a plutôt été bien accueillie.”

Equilibrer les comptes

Selon le president du conseil d’administration de la CPS, Jeff Benhamza –réélu dans la matinée à unanimité for a second mandat d’un an– cette mesure va coûter 860 millions de Fcfp par année pleine et 505 millions de Fcfp pour le reste de cette année à la CPS. Reste maintenant à trouver comment équilibrer la branche retraite. Et pour cela, the president of the conseil d’administration of the CPS s’en tient aux déclarations initiales du ministre Yvonnick Raffin et ne compte pas sur la nouvelle social TVA. “The contribution pour la solidarité ne va pas intervenir sur la retraite, elle va intervenir sur la maladie”, explique Jeff Benhamza. “Pour les retraites, il va falloir que l’on trouve des solutions pour équilibrer. d’autres travaux que l’on va faire. Parce que l’idea, c’est qu’à un moment donné, il va bien falloir que l’on arrive à l’équilibre. “

Pour ce qui est de la branche maladie, the social TVA doit permit d’équilibrer les comptes et de rembourser les deux prêts guarantees par l’État consentis pendant la crise Covid. “C’était l’idea de départ et c’est la raison pour laquelle les partenaires sociaux, globally, ne se sont pas arcboutés contre cette mesure. Parce qu’ils savaient très bien qu’elle était indispensable, sinon on partait dans le mur. Quatre milliards vont donc être fléchés sur les arrêts maladie et deux milliards sur le FELP (Fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté) et le RSPF (Régime de solidarité) “, explique Jeff Benhamza. Un rendement de six milliards est donc attendu pour 2022, contre huit milliards en année pleine. Même si les premiers retours exacts sur ce rendement de la TVA sociale sont attendus entre fin juin et fin juillet. Entre-temps, the partenaires sociaux comptent tous sur les fameuses assises de la santé, ré-annoncées pour le 6 mai prochain, pour trouver des économies sur la maladie.

Partenaires sociaux au diapason

Côté partenaires sociaux, le vote de mardi a été quasiment unanime, à l’exception de abstention d’un administrateur syndicaliste qui demandait une revalorisation plus haute. Même du côté de A Ti’a i Mua, pourtant très remonté against the mise en place of the social TVA, the mesure est passée sans mal. “On est conscient qu’il fallait faire un geste pour les petits retraités”explique Dimitri Pitoeff. “The main cause is the inflation, the augmentation des prix très forte, et le fait que la dernière augmentation des pensions de retraite c’était de 0,5% en 2018 sur proposition de A Ti’a i mua” . The syndicalists dit avoir constaté an augmentation des prix, notamment PPN, de 40% sur le ‘Panier futé’ diffused by the Direction general des affaires économiques between décembre et avril. “Je continue de dire que ce n’était pas le moment de rajouter de inflation à inflation avec une TVA non deductible”rappelle néanmoins Dimitri Pitoeff.

Côté patronat, le Medef a également voté favorablement “pour des raisons de solidarité”explique Frédéric Dock. “The s’agit d’une population qui fait partie des moins favorisées. La retraite moyenne de cette population, qui fait un peu plus de 30 000 personnes, représente autour de 90 000 Fcfp par mois. Donc bien au-dessous du Smig. Et à partir du moment où tout le monde était d’accord pour dire qu’il fallait pousser le Smig, on ne pouvait pas imaginer que pour ceux qui touchent moins, on n’applique pas un minimum de solidarité. “ Mais là aussi, le patronat met en garde pour la suite des événements. “On parle bien de solidarité. Parce qu’il n’est pas question de rentrer dans une spiral inflationniste et que derrière il en découle qu’on fasse pareil avec la tranche B, qui est au bord du gouffre, ou avec l’ensemble des salaires. Puisque les entreprises ne pourront pas l’assumer, ni aujourd’hui, ni demain. “

Seoul the Autonomous Syndicat des retraités de Polynésie (Sgarp) a contesté dans la journée cette revalorisation jugée “très insuffisante” dans un communiqué.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.