Peut-on se faire avoir en cotisant au REER?

Peut-on être perdant sur un dollar cotisé au REER, lorsqu’on le retire? La réponse courte: oui. Corn bonne chance pour le prévoir!

La vaste majorité du temps, les contributions REER sont profitables à long terme. Elles ne le sont pas toutes également, et ça ne devrait pas nous empêcher de dormir, même si certaines cotisations se sont faites au détriment d’une option qui aurait pu être meilleure.

L’idée de ce sujet m’est venue après avoir entendu quelqu’un se plaindre de payer trop d’écaissant son REER, une fois à la retraite. Le gars s’énervait du fait qu’il avait the impression de subir une ponction fiscal plus important aujourd’hui que la déduction d’impôt dont il a profité durant les années où the cotisait à son compte de retraite of him.

C’est possible, mais est-il perdant pour autant?

Fiscal Mécanique

Vous connaissez peut-être le principe, je l’ai déjà expliqué ici. Une cotisation REER women droit à une tax deduction, mais le retrait est imposable. Un dépôt au CELI n’est pas déductible des revenus, mais ce qu’on en sort ne s’y ajoute pas. Dans les deux comptes, les rendements s’accumulent à abri de l’impôt.

Au cours de sa vie professionnelle, on devrait favoriser le CELI avant le REER durant les années de faible imposition. Dans cette évaluation, on doit tenir compte du “taux effectif marginalImposition” (TEMI), qui inclut non seulement l’impôt sur le revenu, mais aussi les programmes sociaux dont la générosité est modulée selon les revenus d’un ménage, particulièrement les allocations familiales et le Supplément de revenu garanti (SRG).

Durant les années où la fiscalité nous frappe fort, le REER sera plus avantageux que le CELI, pour autant qu’on sera soumis à un taux d’imposition plus faible au moment du décaissement. The impôt est le même à la cotisation et au retrait, le CELI et le REER reviennent au même.

C’est the base. Mais le jour de la cotisation REER, qui connaît son taux d’Imposition à la retraite, dans 20 ans? En fin de compte, il y aura eu des dollars versés au REER qui auraient dû être dirigés vers le CELI, et vice versa.

You will see them comparable

Déterminer le meilleur abri fiscal relay parfois de la divination. Pour savoir si on a fait une bonne affaire, on ne doit pas comparer le REER au CELI, maize à un portefeuille non enregistré.

Donc, le type qui se plaint de payer trop Impôt sur les revenus tirés du REER aurait-il été mieux de placer son argent hors REER? Voilà the question.

C’est ici que Daniel Laverdière, actuaire et planificateur financier, as a rescousse avec an outil de calcul élaboré sur Excel. Celui-ci permet de comparer l’évolution d’un investissement unique dans le temps, du dépôt au retrait, qu’il soit dans un REER, un CELI ou dans un compte non enregistré.

L’outil permet de modifier quelques paramètres, dont le rendement, le taux de déduction lors de la cotisation et le taux d’Imposition lors du retrait.

J’ai testé un scénario avec ces hypothèses: déduction de 37% sur une cotisation REER de 1000 $; tax of imposition de 48% au décaissement; rendement de 5% entre-temps. Comment cette cotisation se avec un investissement équivalent hors REER?

The contribution of $ 1000 a coûté $ 630, après remboursement d’Imôt. Pour que le parallèle takes the route, the investissement non enregistré doit s’élever à 630 $. Ensuite, on applique a tax of 48%.

Voici ce que ça women, après impôt, dans le temps, pour chacun des comptes.

REER | Do not enregistré

  • 1 year: $ 546 $ 650
  • 5 ans: $ 664 $ 736
  • 10 ans: $ 847 $ 859
  • 15 ans: $ 1081 $ 1003

L’abri fiscal fait son œuvre

Le tableau indique qu’un taux d’Imposition beaucoup plus important au décaissement représente au départ un handicap majeur pour l’épargnant REER. However, the demontre que abri fiscal fait son œuvre avec les années. Plus le temps passe, plus le REER s’approche du compte non enregistré, et il le dépasse après 11 ans.

Si on avait retenu des rendements plus élevés, le REER aurait rattrapé le compte non enregistré plus rapidement. Inverse est aussi vrai: avec des gains modestes, the tax protection impressionne beaucoup moins. À 2% de rendement, le REER n’a pas encore rejoint son rival après 25 ans!

Dans la réalité, c’est beaucoup plus complexe que ça en a l’air, signale Daniel Laverdière.

«Les gens se basent sur le taux d’Imposition marginal, celui qui s’applique sur les derniers dollars gagnés. Mais autant les contributions que les retraits REER s’échelonnent sur des années et chevauchent plusieurs paliers dell’Imôt », he rappels the director of the center d’expertise de Banque Nationale Gestion Privée 1859.

En plus, les rendements ne sont jamais linéaires et les règles fiscales peuvent changer.

Avec ça, aller savoir lesquels parmi les dizaines de milliers de dollars versés à votre REER n’auraient pas dû l’être!

Leave a Reply

Your email address will not be published.