Planète bleue, idées vertes | Pour des bitcoins plus verts

L’industrie du bitcoin fait piètre figure en matière de consommation énergétique. Des groupes environnementaux pressent la populaire cryptomonnaie de réduire son empreinte écologique. Selon eux, a simple changement in the algorithm changerait tout.

Publié at 6h00

Philippe Robitaille-Grou

Philippe Robitaille-Grou
La Presse

Yes the bitcoin était un pays, il occuperait le 11pmAnd rang mondial pour sa consommation d’énergie. C’est du moins the estimation faite for the plateforme d’analyse de cryptomonnaies Digiconomist.

Pour le Néerlandais Alex de Vries, founder of the plateforme, cette statistique est alarmante. «Il ya un lien fort entre le prix du bitcoin et son impact environnemental, soutient-il. L’an dernier, le prix du bitcoin a attiint un sommet, donc sa consommation d’énergie a aussi attiint un sommet. ”

Ce gouffre énergétique provient du minage de bitcoins. Les personnes qui participent au système, les mineurs, doivent s’équiper d’ordinateurs énergivores mis au service du réseau en échange de récompenses en bitcoins. Le système est dit “par preuve de travail”. Plus les ordinateurs des mineurs sont puissants, plus leurs chances d’être récompensés augmentent.

D’où est tirée toute cette énergie? Selon une recherche parue dans le journal The Joule, à laquelle a participé Alex de Vries, elle provenait à 75% de sources non renouvelables en août dernier.


PHOTO FOURNIE PAR ALEX DE VRIES

Alex de Vries, founder of the plateforme d’analyse de cryptomonnaies Digiconomist

Les mineurs ne se soucient pas de la source de leur énergie. Ils ont besoin d’énergie stable et abordable, ce qui les mène naturellement vers les combustibles fossiles.

Alex de Vries, founder of Digiconomist

Des groupes environnementaux souhaitent toutefois changer les façons de faire. Une coalition including Greenpeace États-Unis and the Environmental Working Group to launch the 29 mars dernier campaign «Changez le code, pas le climat».


PHOTO ALAN FREED, ARCHIVES REUTERS

Les mineurs de cryptomonnaie utilisent des ordinateurs aussi puissants qu’énergivores.

“Nous savons qu’un changement de base dans le code du logiciel réduirait the consommation d’energie du bitcoin de 99.9%”, proclaims the campaign.

Le changement à effectuer serait dans le system par preuve de travail. Ce qui est proposed, c’est un système de rechange, dit “par preuve d’enjeu”, or acquérir des ordinateurs de plus en plus puissants serait useless.

“Dans un système par preuve d’enjeu, the suffit d’avoir accès à un appearil avec une connexion internet, explique Alex de Vries. The n’y a pas de compétition de machinerie. ”

The campaign demands acteurs influents en matière de cryptomonnaies de faire pression sur la communauté du bitcoin pour passer à ce système.

Le pari des énergies renouvelables

Les chances que le bitcoin adopte ce changement de paradigme sont pour l’stant minces. Certains mineurs de bitcoin ont investi des fortunes en puissants équipements based on the système actuel.

«All the security and the vision of the bitcoin reposent sur la preuve de travail, souligne Joseph Pallant, here at the foundation Blockchain for Climate pour des cryptomonnaies plus vertes. Je ne m’attends pas à ce que ça change. “

Selon M. Pallant, the evening plus réaliste de réduire au maximum l’empreinte environnementale du bitcoin en misant sur des énergies renouvelables. “Et lorsque ce n’est pas possible, il faut compenser par exemple avec des crédits carbone”, affirme-t-il.

L’industrie québécoise du bitcoin peut d’ailleurs se targuer de reposer à plus de 99% sur des énergies renouvelables pour son électricité. Certaines initiatives proposent même de réutiliser la chaleur produced for the minage of bitcoins for chauffer des bâtiments, as a l’église de Saint-Adrien, in the region of Chaudière-Appalaches.

The reste que les capacités de production d’énergies renouvelables dans le monde sont limitées. Au Québec, the production actuelle ne sera plus suffisante pour response à la demande dès 2027, selon les estimations d’Hydro-Québec.

“Cette électricité consommée pour la production de bitcoins pourrait être bien mieux utilisée au Québec dans un contexte de crise climatique et de dependance aux hydrocarbures dans les différents secteurs de l’économie”, insists Patrick Bonin, of Greenpeace Canada.


PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, THE PRESS

Patrick Bonin, head of the Climat-Énergie campaign of Greenpeace Canada

Avec l’état actuel de la technology et sans réglementation pour la cryptomonnaie, c’est clairement un boulet dans la lutte climatique. Tous les gains qu’on peut faire, il faut les faire.

Patrick Bonin, de Greenpeace Canada

An intérêt accru

Bien qu’il ne fasse pas unanimité, le système par preuve d’enjeu gagne en popularité. «La plupart des nouvelles cryptomonnaies utilisent ce système, souligne Joseph Pallant. Elles ont des empreintes charcoal très faibles. ”

Ethereum a d’ailleurs décidé d’emboîter le pas. La deuxième cryptomonnaie worldwide en importance, après le bitcoin, est en plein processus pour passer du système par preuve de travail à celui par preuve d’enjeu.

«Le plus grand espoir est qu’Ethereum, here a planifié de faire ce changement depuis longtemps, parvienne à le faire cette année et montre l’exemple à Bitcoin, concluded Alex de Vries. Alors, peut-être que Bitcoin reconsiderera the option. “

Leave a Reply

Your email address will not be published.