Point d’indice, grilles, retraites… Élisabeth Borne déjà put sous pressure | À la une

La nouvelle Première ministre, Élisabeth Borne, est prévenue. Les syndicats de la fonction publique attendent beaucoup de son futur gouvernement of her, dont la nomination se fait encore attendre. Une large coalition d’organisations syndicales – 8 des 9 syndicats de la fonction publique – vient ainsi de interpeler dans un courrier dated du mardi 17 mai. La lettre a également été adressée au Président réélu, Emmanuel Macron.

Pour ce début de nouveau quinquennat, “Des mesures importantes doivent être prises sans attendre”, y soulignent the CGT, FO, the Unsa, the FSU, Solidaires, the FA-FP, the CFE-CGC and the CFTC. Seule la CFDT n’a pas signé ce courrier [lire l’encadré à la fin de l’article].

Les organizations syndicales profitent de cette démarche quasi unite for dresser un constat critique du premier mandat d’Emmanuel Macron, avec une référence à la crise sanitaire notamment: “Ces deux dernières années en particulier, la nécessité des services publics pour the population and engagement sans faille des agents publics ont été reconnus et salués. Pour autant, force est de constater que la traduction concrète et à la hauteur nécessaire de cette reconnaissance n’est pas au rendez-vous. “

Indexer le point d’indice sur le coût de la vie

Sans surprise, the première des “Urgences” identifiées par ces 8 syndicats est relative aux salaires et au pouvoir d’achat des agents publics. À leurs yeux, la situation est aujourd’hui “Inacceptable”. L’occasion pour les représentants du personnel de pointer un traitement minimumhere “Court après le Smic”des “Personnels émargeant aux plus faibles rémunérations de plus en plus nombreux”, des qualifications “Peu ou mal reconnues” ou encore des déroulements de carrière “Dégradés”, voire here “N’existent tout simplement plus”.

Dans leur viseur, surtout: the “Quasi-absence of augmentation et de mesures générales” depuis une décennie qui, selon eux, est la “Main cause” of the'”état ” dans lequel se trouve aujourd’hui la fonction publique. Les organizations syndicales en profitent ainsi pour une demander une forte revalorisation du point d’indice, et ce “Dans les plus brefs délais”.“L’amélioration de tous les niveaux de la grille indiciaire et des carrières par des mesures générales est un impératif du début du quinquennat”, soulignent-ils. À propos du point d’indice, les syndicats jugent aussi “relevant” la mise en place d’un “Dispositif d’indexation” de sa valeur “Sur l’évolution du coût de la vie”.

Emmanuel Macron, pour rappel, a promis un dégel during the présidentielle campaign. Cette revalorisation générale devrait être intégrée dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, que l’exécutif compte présenter dans la foulée des élections législatives de juin. La concrétisation de ce dégel (dont l’ampleur n’est pas encore connue) evening donc conditionnée au résultat qui sortira des urnes.

Ready to discuss avec le nouveau gouvernement

Autre urgence mise en avant par les syndicats: la question des retraites. Ils défendent farouchement le régime actuel de retraite des agents publics et s’opposent au projet présidentiel en affichant leur “Hostilité à tout nouveau recul de l’âge légal” de départ à la retraite.

Les 9 organizations syndicales évoquent aussi la nécessité de “Faire évoluer d’autres dossiers structurants” comme le besoin d ‘”avancer plus vite vers l’égalité professionnelle “, de “Restaurer la grille indiciaire”, de “Redonner de l’amplitude aux carrières”de “Reduire the précarité de l’emploi” ou encore de donner des “Moyens pour le service public” ainsi que des “Conditions d’exercice de la démocratie sociale et de la représentation des personnels”.

Place désormais aux discussions between the nouveau government and the syndical organizations? Les représentants du personnel, en tout cas, y sont prêts. “Nous sommes d’ores et déjà disponibles afin de négocier les réponses positives qui ne sauraient être différées”, soulignent-ils dans leur courrier en mettant en avant la “Large social dimension” promise pour cette nouvelle mandature.

During the campaign présidentielle, Emmanuel Macron avait dit vouloir “Rebattre les cartes de l’organisation de la rémunération” dans la fonction publique avec notamment une “Réforme complète” des grilles. “Le système de catégories C, B et A a beaucoup de rigités, il est un peu à bout de souffle”, at-il souligné, promettant d’engager ce chantier “À l’été”. Les syndicats attendent donc aujourd’hui de pied ferme. The reste quelques jours avant que ne commencent les discussions sur le dégel du point d’indice. Celles-ci doivent en effet débuter avant la fin du mois, dès the nomination du nouveau gouvernement.

Pourquoi la CFDT n’a pas signé le courrier intersyndical
“Yes the courrier avait uniquement porté une demande au gouvernement d’agir rapidement pour tenir ses promesses sur the augmentation de la valeur du point, nous aurions pu être favorables à nous y associer, à condition d’y retrouver sans conditionnel notre revendication sur des modifications d’urgence des grilles, car les exigences de nos fédérations sont fortes sur ce point “, explique the general secretary of the CFDT Fonctions publiques, Mylène Jacquot. Son organization of her, poursuit-elle, s’était déjà “Clairement exprimée” sur les sujets de pouvoir d’achat, de retraites et sur ses attentes en matière de démocratie sociale. “À ce stade donc, nos fédérations, ayant constaté que les possibilités d’amendements étaient réduites, ont été défavorables à ce que nous nous joignions à l’Initiative proposée”, précise Mylène Jacquot.

Leave a Reply

Your email address will not be published.