Quand les banques tentent the aventure du métavers

Publié le 28 avr. 2022 to 12:00Mis à jour le 28 avr. 2022 at 17:11

Petit à petit, the banques entrent dans le jeu. Standard Chartered a annoncé cette semaine qu’elle se lançait dans le métavers. Le groupe britannique a acheté une parcelle numérique sur la plateforme The Sandbox, an editor de jeux vidéo et un des espaces virtuels les plus utilisés avec Decentraland et Roblox.

«Our engagement va nous permre de reimaginer la relation avec nos clients actuels et futurs et d’apporter de nouvelles expériences», commented Mary Huen, the general director of the Hongkongaise de la banque branch, citée dans un communiqué.

Avec cette initiative, Standard Chartered rejoint d’autres grands noms de la finance qui ont récemment plongé dans le grand bain du métavers. Même si leurs intentions demeurent à ce stade culoz vagues.

Le pionnier JP Morgan

JP Morgan a ouvert en début d’année, par intermédiaire de sa branch Onyx dédiée aux cryptomonnaies, a salon sur la plateforme virtuelle Decentraland, dans lequel des avatars peuvent se promener, admirer le portrait du patron Jamie Dimon, mais aussi s’ informer sur la banque et ses initiatives dans le domaine de la blockchain.

HSBC is in a formal position not on the jet in a few months in a parcel on The Sandbox. The espagnol Caixa aussi inauguré il ya quelques semaines, via sa branch dédiée aux services numériques Imagin, a café virtuel sur Decentraland. Des banques coréennes sont, enfin, en pointe sur le sujet.

Après les géants de la tech, les marques de luxe and les enseignes d’habillement, c’est donc au tour de la finance de s’intéresser à ces nouveaux mondes virtuels et immersifs, here préfigurent le Web 3.0. For the instant, the n’est pas question d’aller retirer de l’argent ou d’aller contracter a credit dans une agence virtuelle.

Les banques françaises en retrait

«Les applications sont encore très limitées. The métavers est à ce jour a laboratoire pour les quelques banques qui s’y aventurent, et relayve plus d’une stratégie marketing que d’une réalité industrielle pour le moment », considered by Alain Clot, president of France Fintech. Les analystes demeurent asses skepticals sur les relais de croissance pour le secteur.

Certains acteurs français se positionnent tout de même. The fintech Kard, here proposed des comptes bancaires pour les adolescents, vient d’annoncer son arrivée sur The Sandbox. In assurance, AXA acheté en février une parcelle sur la plateforme hongkongaise.

Mais les grandes banques françaises n’ont pas encore sauté le pas. «The ya une certainine frilosité de leur part, car elles ne voient pas intérêt dans immédiat, reconnaît Thomas Rocafull, director associé au cabinet Sia Partners. C’est dommage car la prime au premier entrant peut être décisive. “

Les dirigeants de banques sont néanmoins attentifs au sujet, certains ont même testé l’organisation de réunions dans ces mondes virtuels. Corn sans s’engager plus loin. Les risques inhérents à cet univers, qui reste lié à l’environnement des cryptomonnaies et reste peu régulé pour le moment, peuvent refroidir plus d’un banquier.

Des perspectives dans le paiement

«Comme toujours avec the deep innovation, the ya une courbe d’apprentissage qui peut take du temps, prévient néanmoins Alain Clot. C’est aussi un moyen de montrer knows the capacity of him to embrace les new technologies, les nouvelles tendances et seduire ainsi de nouveaux talents. “

Les pionniers du métavers en sont persuadés: le développement de ces mondes virtuels se fera avec la finance. In a recent rapport, JP Morgan assures that the succes du métavers “dependence on the existence of a robust and flexible financial ecosystème here allows the utilisateurs de se connecter de manière transparente between the worlds physique and virtuel”.

«A moyen terme, on peut imaginer un nouveau canal de distribution avec des agences virtuelles, explique Thomas Rocafull. A plus court terme, les banques devraient avoir un rôle à jouer dans le paiement, alors que les transactions vont bondir dans cet univers. Il ne faudrait pas qu’elles se laissent déborder. “

En attendant, les banques ont décidé d’exploiter le filon en termes de thématiques d’vestissement. Parallel to son arrivée on The Sandbox, HSBC proposed à ses riches clients asiatiques d’vestir dans un portefeuille d’actifs liés au métavers. BNP Paribas Wealth Management avait également inscribed the métavers as one des cinq thèmes principaux d’alvestissement pour 2022.

Leave a Reply

Your email address will not be published.