Québec spécule avec … 132 milliards!

Saviez-vous que le gouvernement du Québec fait partie des grands spéculateurs financiers?

The joue à la Bourse sur marge … alors que la montagne d’argent qu’il confie aux gestionnaires de portefeuille de la Caisse de depôt et placement est financée en émettant des obligations gouvernementales.

Comme tout bon spéculateur aguerri, son défi, c’est d’obtenir avec la Caisse a rendement supérieur à ce qu’il lui en coûte pour emprunter theite montagne d’argent sur le marché des obligations.

Des 46 déposants qui confient leur argent à la Caisse de dépôt et placement du Québec, c’est le ministère des Finances qui détient les plus gros actifs.

En date du 31 décembre dernier, on parle d’une astronomique total sums of 132 milliards de dollars, répartie dans les cinq fonds gouvernementaux suivants:

  • 113 billion $ dans le FARR (Fonds d’amortissement des régimes de retraite)
  • 16.1 billion $ in the Fonds des générations
  • 1.37 billion $ in the Fonds des congés de maladie accumulés
  • 455 millions $ in the Fonds d ‘Information sur le territoire
  • 1.3 billion $ dans la Caisse employeur du Régime de retraite de la SQ

LE FONDS DES GÉNÉRATIONS

Pourquoi le ministre des Finances, Eric Girard, ne se sert-il pas de la somme colossale d’argent accumulée dans le Fonds des générations pour éponger la dette accumulée et ainsi économiser des frais d’intérêt en cette période de flambée du taux directeur de the Banque du Canada?

Martin V. fait partie des nombreux lecteurs qui se posent une pertinente question du genre: “C’est comme si j’avais un pécule dans mon compte courant qui, dit-il, me rapporte 0.25% d’intérêt alors que mon hypothèque allait monter à 4% bientôt. ”

En cette période où les taux d’intérêt ne cessent de monter, on conviendra que le moment semble plus que jamais approprié d’utiliser les 16 milliards de dollars du Fonds des générations aux fins pour lesquelles il a été créé, à savoir rembourser une portion de notre gigantesque called gouvernementale de 240 milliards de dollars.

À mon avis, l’argentier du gouvernement Legault n’optera pas pour ce genre de stratégie de remboursement de la dette gouvernementale. It is the instar de ses prédécesseurs ministres des Finances, the va plutôt laisser la grosse cagnotte du Fonds des générations between the mains de la Caisse de dépôt et placement dans le dessein de la faire fructifier.

Il faut dire que cette stratégie s’est avérée payante, fort payante, depuis la création du Fonds des générations.

Le rendement that he procured the Caisse de dépôt a largement dépassé les frais d’intérêt qu’il en coûte pour financer sur le marché des obligations said correspondante.

À preuve, depuis le premier versement au Fonds des générations in 2007, et ce jusqu’à la fin 2021, la moyenne des rendements que le Fonds a obtenus avec la Caisse s’élève à 6.3%. C’est deux fois plus que le coût moyen (3.1%) des emprunts contractés par le gouvernement du Québec au nom du Fonds des générations.

Sur les 15 années en question, from 2007 to 2021, if the year 2008 s’est avérée loser.

The en a d’ailleurs été de même pour les quatre autres fonds que the ministère des Finances confie aux gestionnaires de portefeuille de la Caisse.

THE FARR

De tous les déposants de la Caisse de dépôt et placement du Québec, le numéro 1 c’est le FARR (Fonds d’amortissement des régimes de retraite) avec a cagnotte de 113 billion $. Le 31 décembre dernier, the FARR représentait à him on 26.9% of the actif net de la Caisse.

Au cours des quatre dernières années, the FARR to report a rendement annuel moyen of 8.9%.

Le FARR a connu sa pire année in 2008, affichant une lourde perte de 25.6%. C’est l’année où la Caisse s’était royalement plantée avec ses “actifs” dans le papier commercial.

À 113 milliards $, the actif du FARR n’est plus qu’à quelques milliards $ près de la valeur actualisée des prestations de retraite que le gouvernement du Québec verse à ses centaines de milliers d’employés de la fonction publique et parapublique.

Dans le budget qu’il a déposé en mars dernier, le ministre des Finances Eric Girard indiquait que les sommes accumulées dans le FARR devraient excéder le passif (la valeur actualisée des prestations à verser) au titre des régimes de retraite à partir de l ‘ exercice financier 2025-26.

C’est donc dire qu’à compter de ce moment-la, le gouvernement du Québec pourra utiliser the actif du FARR pour payer les prestations de retraite de ses employés. Ce qui viendra réduire ses besoins d’emprunt.

A tel objectif laisse évidemment présager que la Caisse will continue de rapporter un solid rendement au fil des prochaines années.

Ce qui est loin d’être évident en cette année 2022, laquelle a été récemment frappée par des reculs importants sur le marché boursier et le marché obligataire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.