Retraites, inflation, ambitions … Pourquoi le nouveau mandat d’Emmanuel Macron s’annonce déjà ardu

Emmanuel Macron in Saint-Denis April 21, 2022 – Francois Mori / POOL / AFP

“Dimanche soir, on fait la fête. Lundi, on repart au combat. On ne se prépare pas à des jours très heureux.” C’est une ministre issue de l’aile gauche qui le confiait à quelques jours du premier tour. Sur les bancs de la macronie, après le soulagement de la victoire d’Emmanuel Macron, réélu avec 58.54% des voix, l’heure est plus à l’quiétude qu’à la satisfaction. Car le nouveau mandat du président fraîchement réélu pourrait s’avérer très compliqué.

Le specter de grandes mobilisations contre la réforme des retraites

Après une campaign de premier tour en demi-teinte, Emmanuel Macron n’a eu de cesse de sillonner la France, souvent sur des terres qui ont voté massivement Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen. De quoi se faire interpeller des dizaines de fois sur sa will of him de reculer l’âge de départ à la retraite à 65 ans.

“Je suis prêt à bouger et dire qu’on ne fait pas forcément une réforme jusqu’en 2030 si j’entends trop d’angoisse”, a lancé le président à un citoyen qui Interpellait à Denain (North) 11 April dernier. Avant d’ajouter: “On ne peut pas dire le dimanche soir (du premier tour) ‘je veux rassembler’ et quand on va écouter les gens dire ‘je ne bouge pas’.”

The indiquait pourtant vouloir “aller très vite” sur cette réforme en cas de réélection quelques jours plus tôt sur France Inter. Une forme de rétropédalage donc, au grand dam de certains dans sa majorité qui y voient un piège.

“I speak of angisse, say qu’on va bouger … Il a ouvert la porte à la contestation, aux grévistes qui vont se dire ‘tiens, il veut nous entendre, et bah on va lui donner ce qu’il veut’ “, explique, remonté, un député LaREM à BFMTV.com. “Si on lâche sur les retraites en début de mandat, au lieu d’être ferme, on ne pourra plus avancer sur rien”, avance encore le parlementaire classé à la right du parti.

Au sein du mouvement, on reconnaît que la réforme des retraites est à très haut risque pour le debut du quinquennat, après un premier mandat déjà marqué par la colère des gilets jaunes. “Ce sont toujours des réformes qui elicitent des tensions, des échanges. On en est tous très conscients et nous avons prévu de la souplesse”, assure ainsi Maud Bregeon, porte-parole du parti.

876450610001_6303666658001

C’est qu’au sein de la macronie, la précédente réforme des retraites n’a pas laissé de bons souvenirs. Elle avait fait unanimité contre elle chez lez syndicats, comme parmi les LR et la gauche. Édouard Philippe avait été contraint d’avoir recours au 49.3 pour parvenir à faire adopter le texte par l’Assemblée nationale. Avant que le Covid-19 ne bouscule tout et que la réforme soit reportée sine die.

Autre moment d’histoire politique que gardent en tête les proches d’Emmanuel Macron: les grandes manifestations de 1995 lors desquelles plus de 2 millions de personnes étaient descendues dans les rues pour protester contre the allongement de la durée de cotisation des fonctionnaires. Huit ans plus tard, c’est la réforme Fillon pour aligner progressivement les régimes spéciaux de retraite sur le régime général here arouses a vast contestation.

Pour désamorcer le sujet, Emmanuel Macron a d’ailleurs promis une “très large concertation” ce vendredi sur France Inter. Elle s’annonce d’avance houleuse. Tous les partenaires sociaux, y compris la CFDT, sont vent debout contre le report de l’âge de la retraite à 65 ans.

Le retour du sérieux budgétaire qui pourrait mettre à mal la lutte contre la vie chère

Parmi les premières mesures que veut déployer Emmanuel Macron figurent la poursuite des dispositifs contre la hausse du prix de l’électricité, la réindexation des pensions de retraite sur inflation dès le 1er juillet prochain ou encore le chèque alimentaire, le tout dans une ” loi exceptionnelle sur le pouvoir d’achat “. De quoi reply to inquiétudes des Français alors que les prix ont commencé à augmenter dans les rayons des supermarchés.

Yes, the montant de ce choc de pouvoir d’achat n’a pas été communiqué, Emmanuel Macron put on the retour de la croissance pour doper les finances de l’État. Problème: le taux de croissance retenu par son équipe of him (1.8% in 2027), est jugé trop optimiste par certains analystes-l’OCDE craint par exemple que la guerre en Ukraine n’assombrisse durablement ces perspectives.

Le retour de inflation va également restreindre the accès aux crédits des banques centrales et faire remonter les taux d’intérêt. Autrement dit: France pourrait bien ne plus pouvoir financer also easily sa dette dans les prochaines années.

“On va avoir une vraie nécessité de resserrer les comptes publics. Il va falloir retrouver le sérieux budgétaire qu’on avait mis entre parenthèses avec le Covid-19 et le quoi qu’il en coûte”, assure ainsi Olivier Becht à BFMTV.com , le président du groupe Agir à l’Assemblée nationale.

De quoi donner des sueurs froides à Bercy et faire penser au tournant de 1995. Élu sur la nécessité de réduire la fracture sociale, Jacques Chirac avait dû renoncer à la hausse des salaires directs ou encore à la création d’une allocation pour les personnes âgées outbuildings. La France n’était pas alors dans les clous des critères de Maastricht, pourtant indispensables pour pouvoir dans la zone euro en 1999.

The risque d’une majorité instable

C’est une petite phrase qu’Emmanuel Macron a glissé le soir du premier tour et qui a fortement déplu à certains ténors de la macronie.

“J’appelle tous ceux qui depuis six ans et jusqu’à ce soir se sont engagés pour travailler à mes côtés à transcender leurs différences pour se rassembler en un grand movement politique d’unité et d’action pour notre pays”, a avancé Emmanuel Macron Porte de Versailles le 10 avril dernier.

De quoi mécontenter ses principaux alliés: le Modem, Agir et Horizons. Ils tiennent chacun à leur indépendance et à se présenter en leur nom aux législatives, condition sine qua non pour parvenir à bénéficier des financements de l’État.

“Une majorité plurielle, qui fait entendre différentes voix, avec ses différences, est la solution pour éviter le conflit permanent à l’Assemblée, comme ailleurs”, juge d’ailleurs le député Pierre-Yves Bournazel, chef du pôle élections d’Horizons , auprès de BFMTV.com.

La manœuvre aurait pourtant the avantage pour le président de s’assurer une majorité stable à l’Assemblée nationale alors qu’il est probable que le nombre de députés élus aux élections législatives en 2022 soit moins important qu’en 2017 (351).

Malgré le poids de la République en marche à l’Assemblée, plusieurs textes avaient déjà eu du mal à être votés lors de la précédente mandature comme la loi asile-immigration ou encore cells contre les séparatismes.

“On aura besoin d’un groupe à l’Assemblée fort, qui votera les textes sans aucun état d’âme. Il va falloir parfois forcer un peu la main de certains, c’est vrai”, assure clairement un conseiller du secrétaire d ‘État au Parlement.

Without compter que aile gauche du parts compte bien ne pas laisser oublier à Emmanuel Macron les 21.95% de Jean-Luc Mélenchon. “On a program très équilibré sur le social avec les retraites à 1100 euros, les prestations sociales à la source … Rien ne sera oublié”, assurait ainsi Sacha Houlié il ya quelques jours à BFMTV.com.

Les ambitions de ceux qui pensent déjà à 2027

Alors qu’Emmanuel Macron ne pourra pas se représenter pour un troisième mandat comme le prévoit la Constitution, certains pourraient être tentés de se take rapidement date pour la prochaine élection présidentielle.

“Bien malin sera celui qui pourra dire où en sera le paysage politique dans quelques années”, if Maud Bregeon reassures, the word-door du parti.

À voir. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe s’était fendu en septembre dernier d’une longue interview dans Challenges, peu appréciée en haut lieu. “Porter une dette forte, c’est dépendre de ses créanciers (…). exécutif multipliait alors les chèques.

Une façon de faire entendre sa propre musique alors même qu’il avait assuré quelques jours plus tôt Emmanuel Macron de “sa loyauté”.

876450610001_6301674593001

Cela ne a toutefois pas empêché quelques jours plus tard de lancer son propre mouvement, Horizons et d’espérer faire élire plusieurs dizaines de députés sous ses propres couleurs. De quoi donner l’impression que le maire du Havre prepare l’après.

“Moi, je pense que c’est son intérêt que le quinquennat se passe bien s’il a des ambitions pour 2027. Mais c’est bien son genre de régulièrement s’épancher dans la presse pour souffler le chaud et le froid avec des petites phrases qui peuvent foudre le bordel “, confie une députée Modem.

D’autres ministres pourraient également avoir des velléités d’indépendance à the star of Gérald Darmanin et jouer leur propre partition au sein du quinquennat. “Plus tu connais le monde politique, moins tu te dis que son sommet est inatteignable”, confiait le patron de la place Beauvau in 2015 à The Express. Il n’aura, après tout, que 44 ans en 2027.

Article original publié sur BFMTV.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.