The attention capacity of a lapin de six semaines et un krach en règle

Les superlatifs ne manquent pas ce matin. Ni les titres racoleurs. Une chose est certainine, même si – en général – on se fout pas mal du comportement du Dow Jones qui ne contient que 30 titres en son sein, aujourd’hui il est important de notifier à tout le monde que the index historique de Wall Street a clôturé SOUS les 30’000 points et ça, c’est clairement horrible. Même très très moche. The nous aura fallu moins de 24 heures pour réaliser que la lutte contre inflation, c’est bien. Mais qu’en même temps, à force de lutter against the inflation, on va finir par mettre l’économie en récession. Et le fait de réaliser la chose: on n’a pas aimé. Corn alors pas du tout.

Audio du 17 juin 2022


Download the podcasts

Une chose à la fois dans le cerveau

Pourtant, ça n’est pas une IMMENSE SURPRISE, que le fait de monter les taux va ralentir l’économie. Mais on a le sentiment que TOUT D’UN COUP on a réalisé la chose. Un peu comme si on sautait tout habillé dans une piscine et qu’on ressortait en courant et en hurlant:

«Corn putain, ça mouille !!! Personne m’a prévenu que l’eau ça mouille !!! C’est trop injuste !!! “

Après l’annonce de la hausse des taux faite par MÔSSIEUR Powell mercredi soir, on avait pourtant cru un bref instant qu’il avait fait ce qu’il fallait et qu’on allait enfin pouvoir commencer à construire sur des bases un peu plus solides . C’était sans compter le fait que l’on avait besoin de quelques heures pour ouvrir nos bouquins d’économie et se rappeler que lorsque l’on monte les taux, il ya forcément des conséquences quelque part. Et en lisant trois pages de plus, on s’est rendu compte que les conséquences pouvaient aller de “pas grand-chose” à un ralentissement économique majeur qui va nous pousser à vendre une ou deux des Lamborghini Aventador qui dorment dans le garage et que ça va faire moyennement plaisir.

Bain de sang

Le fait que l’on soit passé de “content parce que la FED se bouge” à “pas content parce que la FED se bouge et va ralentir l’économie” aura coûté cher aux bourses mondiales. Il n’y a pas eu de prisonnier – surtout qu’en plus, the SNB a fait comme la FED et s’est empressée de monter les taux pour empêcher que le prix de la fondue au fromage et du kilo de viande séchée prenne trop screw the ascenseur. Du coup, le SMI s’est fait défoncer, tout comme le reste d’ailleurs. The journée aura été à the image of cells de lundi, a bain de sang total sans aucun endroit où aller se planquer.

En France, the CAC clôturait sous les 5’900, the DAX tutoyait les 13’000 en parvenant à terminer en-dessus, sans trop savoir comment. The SMI finissait sa journée au plus bas, au fond du trou et au plus bas depuis décembre 2020 – une époque que l’on avait oubliée parce qu’avec les taux négatifs et le soutien indéfectible des banques centrales, c’était too easy. Aux States, c’était l’hécatombe aussi, puisque le Nasdaq abandonnait plus de 4%, carrying the addition à plus de 34% de baisse depuis le mois de novembre, alors que le Dow Jones rentrait à la maison alors que nous étions sous les 30’000 points. C’était donc une boucherie total et j’ai presque envie de dire: complètement irrationnel.

Irrationnalité

Comprenez-moi bien: loin de moi the idea of ​​contester le concept qui fait que la hausse des taux engendre a coup de frein sur l’économie et que l’on pourrait éventuellement peut-être entrer un jour en récession. Il est cependant assz hallucinant de voir le comportement erratique que nous offerent les marchés et comment nous pouvons can passer du rire aux larmes alors que fundamentalment ABSOLUMENT RIEN N’A CHANGÉ depuis l’annonce faite par Jerome Powell. On a presque l’Impression que les mecs ont réagit sans trop savoir et sans avoir écouté le communiqué de presse de mercredi soir et que, dans la nuit de mercredi à jeudi, ils ont finalement compris que les 0.75% de hausse des taux, c ‘était pas pour rire et que c’était vraiment du concret.

Du coup, prenant conscience que Powell allait vraiment monter les taux et que c’était la première fois depuis 1994 que la FED était si violent, on a complètement craqué. En fait, lorsque l’on regarde le comportement des marchés depuis le début de la semaine, on peut culoz easily se dire que nous sommes devenus complètement débiles. Bon, c’est pas monstrueusement étonnant dans un marché baissier, puisqu’au cours de ma “soi-disant carrière”, j’ai eu l’occasion de me rendre compte que l’effet de troupeau nous rendait souvent très très cons et qu’à la fin, ça ne donnait rien de bon non plus. J’en arrive cependant à la conclusion que quoi que Powell ait fait mercredi, ça n’aurait de toutes façons pas plus au marché:

a) S’il avait monté les taux de 0.5%, on se serait kraché parce que la FED n’avait pas montré son intention de lutter against the inflation pour de vrai!
b) Et en montant les taux de 0.75%, Powell est dorénavant taxé of “hawkish” hardcore version and responsible for the economic review here pourrait éventuellement come mais c’est même pas sûr!

Un peu con quand même

J’en arrive à the conclusion that ce marché est un peu con et que l’on a tendance à suivre le movement comme un seul homme sans trop se poser de question. On est un peu dans la situation qui fait que l’on vend parce que tout le monde vend. On est incapable de tenir un raisonnement rationnel pendant plus de 24 heures. Nous sommes définitivement capables d’acheter comme des fous un jour et de vendre comme des debiles le lendemain alors que les infos à notre disposition sont EXACTEMENT les mêmes, c’est juste notre lecture qui diffère. Et je dois dire que c’est très flippant de voir que les marchés financiers mondiaux sont aussi fragiles psychologiquement et surtout: intellectuellement.

Enfin, le résultat est là: on s’est fait défoncer encore une fois et le bilan n’est pas très joli-joli et même papy Biden qui passe à la télé pour dire que la récession n’était pas une nécessité absolue et qu ‘il y avait moyen de l’éviter n’aura pas suffi à pour rassurer Wall Street here a définitivement passé du “buy the dip” to “sell the rally”.

The SNB visionnaire

Une fois n’est pas coutume, une des infos les plus commentées d’hier venait de Suisse. Et pour une fois, ça n’a rien à voir avec le ski, le tennis, le chocolat ou la fondue au fromage. Not, hier le plus gros Hedge Fund du monde a décidé de monter les taux directeurs en vigueur à Berne et dans sa grande banlieue. La grande banlieue allant de l’extrême Ouest du canton de Genève, jusqu’à l’extrême Est des Grisons, there où il n’y a que des chamois et des bouquetins qui y vivent.

En effet, hier matin, alors que tout le monde se fichait éperdument du meeting de la BNS alors que nous étions bien trop occupés à faire livrer des fleurs, du chocolat et du pinard à Jerome Powell pour le féliciter de son travail de mercredi soir, the Banque Nationale Suisse a décidé de monter les taux pour faire face, je cite: «à inflation galopante qui menace».

Surprise, surprise

Je crois que personne n’avait vu come le coup. Ou alors ceux qui l’avait vu come ne l’avaient pas dit trop fort. Indeed, alors that the SNB envisage une inflation à 2.8% pour 2022, on pouvait se dire qu’il n’y avait pas le feu au lac – surtout quand on voit que certains pays d’Europe frisent les 9% d’inflation et que the BCE ne bouge pas une oreille, on avait tendance à se dire que voir la Suisse monter les taux n’était pas la priorité numéro une. Et pourtant.

Thomas Jordan a donc passé les taux de MOINS 0.75% à MOINS 0.25%. Pas de raison non plus de courir à la banque pour voir si votre compte épargne vous a rapporté soudainement suffisamment d’argent pour partir aux Maldives cet hiver, on est toujours en taux négatifs. Mais l’effet d’annonce en aura surpris plus d’un et the index boursier suisse n’a pas trop apprécié la chose. Sans compter que le reste du monde était en chute libre également. Quoi qu’il en soit, la Banque Nationale Suisse aura été encensée partout dans la presse économique mondo, puisque visiblement, c’est la seule banque qui tente d’agir AVANT que inflation soit ingérable, contrairement au reste du monde qui préfère avoir de l’eau jusqu’au menton avant de se rendre compte qu’ils sont tout habillés et qu’ils n’ont pas mis de maillot de bain.

L’Asie en plein doute

Ce matin l’Asie est partagée. The Japon chute de 2% pour afficher are soutien à l’occident et la Chine et Hong Kong sont légèrement en hausse pour démontrer qu’ils ne font pas partie de l’occident. Les raisons fundamentales de cette disparité de réaction sont à chercher dans le même sac que les raisons de la hausse de mercredi et de la baisse de jeudi.

Le pétrole est à 116 $ et des poussières, l’or est à 1846 $ et le Bitcoin revient sur les 20’000 $ et continue de stresser tout le monde avec la peur qu’il nous fasse encore un caca nerveux en direction des 12 ‘000 $. Il faut dire qu’en ce moment, rien n’est épargné aux Cryptomonnaies, puisque l’on sait qu’un Hedge Fund qui se nomme Three Arrows Capital qui a eu géré plus de 10 milliards en Cryptos, vient de subir des appels de marges massifs et est en train de tout liquider. Ceci provoquant à nouveau des fermetures parts et des restrictions on the retraits and on the transferts dans des société type Celsius. Ce qui aide bien à retrouver la confiance.

Les nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour on ne parle pratiquement que du fait que toutes les banques centrales sont en mode hausse des taux. Sauf la Banque Centrale Européenne qui garde les nerfs et qui attend l’entrée en piste de la safety car pour aller changer les pneus – ceux qui suivent la F1 comprendront l’analogie – et autrement, on mentionne également beaucoup le nom d’Elon Musk , puisqu’il a échangé avec the employés de Twitter for the reassurance sur leur avenir, tout en ne confirmant toujours pas son take-over. Le titre terminit en baisse de 1.6%, ce qui, pour la séance d’hier, correspond presque à une hausse massive. Mais ça n’est pas tout, puisqu’un Monsieur qui s’appelle Keith Johnson vient d’attaquer Musk en justice, lui réclamant 258 milliards de dommages et intérêts parce qu’il estime que le CEO de Tesla a manipulé le cours du Dogecoin here finally, qu’un Ponzi Scheme selon le Monsieur.

Il va falloir qu’il se dépêche de gagner son procès, parce que Musk n’a déjà plus 258 milliards sur son compte en banque, étant donné que Tesla est à nouveau au bord du gouffre d’un point de vue technique. On note also that the secteur des croisières s’est fait massacrer parce qu’il paraît que la récession, c’est pas bon pour les croisières. Et puis il ya aussi Adobe qui a révisé ses prévisions annuelles à la baisse. Le titre était en baisse de 4% after close.

Les chiffres du jour

Aujourd’hui, the BNS ne devrait pas augmenter les taux, les futures sont donc en hausse de 1% – on tente le rebond à nouveau – jusqu’à que l’on se renders compte que l’eau ça mouille et que les taux qui montent c’est récessionniste. Et puis, côté chiffres économiques, nous aurons le CPI en Europe et ça promet d’être drôle, comme tous les CPI’s. Ensuite, dans la foulée il y aura la production industrielle aux USA et Jerome Powell will speak here. Pour terminer, on se rendra compte que ce soir c’est le week-end et que, du coup, samedi et dimanche, au moins les marchés ne baisseront pas.

Je vous souhaite an excellent vendredi et a merveilleux weekend. On se revoit lundi en espérant que l’eau aura été suffisamment humide et que la BNS n’aura pas monté encore une fois les taux.

À lundi!

Thomas Veillet
Investir.ch

«C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule. “

Michel Audiard

Leave a Reply

Your email address will not be published.