The maison de ses rêves devient un gouffre financier

Âgée de 45 ans, Sandra est mère single parent de deux enfants. Après une séparation difficile, elle s’est endettée pour se réinstaller en appartement. Représentante en produits cosmétiques, elle travaille sur la route et réussit tant bien que mal à garder la tête hors de l’eau.

• À Lire aussi: Fitzgibbon is prêt à financer des logements pour les travailleurs

• À Lire aussi: Québec construit encore des logements sociaux

• À Lire aussi: Maison intergénérationnelle et fiscal pénalité

When Covid-19 in frappé le Québec, the employer de Sandra a demandé à ses représentantes de rencontrer leurs clients par visio-conférence. Alors que ses enfants of her étaient eux aussi confinés à la maison et faisaient l’école à distance, Sandra a dû s’équiper et acheter du matériel informatique et du mobilier de bureau. Ne disposant pas d’économies, elle a utilisé ses cartes de credit of hers.

Au début de l’été 2021, she offers des vacances en famille dans a chalet loué dans le Bas-Saint-Laurent, à credit encore une fois. Séduite par la région, elle décide de s’y installer définitivement et de quitter la grande ville.

Elle jette son dévolu sur une belle maison de Campagna et fait une de 260 000 $, sans inspection ni garantie légale, afin de rendre sa proposition plus attractive aux yeux du vendeur. Ce dernier accepte et Sandra procède à the acquisition of her thanks to a prêt de 200 000 $ de son institution financière of her and en encaissant tous ses CELI of her (25 000 $). Elle s’entend avec le vendeur for a solde du prix de vente de 35 000 $ guarantors for a hypothèque de second rang. Dès la fin de l’été, elle déménage dans sa nouvelle demeure of her. Ce qui semble être le début d’une belle aventure va malheureusement vite tourner au cauchemar …

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via the QUB app et le site qub.ca:

Une pluie de malchances

Dès le mois de septembre, la série noire commence. Elle doit changer son chauffe-eau puis engager des travaux pour un problème d’infiltration d’eau dans son sous-sol. Pour payer ces derniers, elle a recours à a prêt de 15 000 $ à 19% d’intérêt allow par une société de credit.

En octobre, autre coup dur: son employeur décide de supprimer plusieurs postes de représentantes, dont le sien. Elle se retrouve donc au chômage et subit une forte baisse de revenus malgré assurance-emploi.

Tout au long de l’hiver, elle doit payer des frais d’électricité et de chauffage très élevés et doit effectuer plusieurs réparations à la plomberie. La cerise sur le gâteau: au printemps, a muret de soutien sur son terrain s’écroule.

Cette fois-ci, la coupe est pleine. N’ayant plus aucune économie, ne pouvant compter que sur assurance-emploi et les allocations pour enfants, elle est incapable de faire face à toutes ses obligations financières. En plus du remboursement de son hypothèque, elle doit également rembourser ses cartes de credit et autres prêts qui totalisent 95,000 $. Ne sachant comment se tirer de ce mauvais pas, elle consulte un syndic autorisé en insolvabilité.

Repartir à zéro

Stéphane Gauvin, associate, groupe redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot, quickly ascertains that the situation of Sandra is intentionable. “Elle a perdu son emploi, lei n’a aucune épargne et lei est très endettée. Ses Dettes of her ont également un fort taux d’intérêt et elle ne parviendra pas à en venir à bout », explique-t-il him. Celles-ci, incluant l’hypothèque, s’élèvent en effet à $ 343,000.

Qui plus est, la valeur réelle de sa propriété, compte tenu de toutes les problématiques constatées, n’est plus que de 175 000 $, soit bien moins que ce qu’elle doit encore verser à ses créanciers hypothécaires.

«Considérant tous ces facteurs, la meilleure solution pour Sandra est la faillite. Elle a donc rendu her maison à son institution financière of her, ma elle a pu to conserve sa voiture of her in versant au syndic a montant à titre compensatoire de 3600 $, soit 400 $ pendant neuf mois “, said Stéphane Gauvin.

Elle s’est libérée de toutes ses Dettes et a pu repartir du bon pied. Son dossier de credit di lei sera lourdement affecté durant les six prochaines années, mais, au moins, she Sandra a pu retrouver le sommeil.

SA SITUATION FINANCIÈRE

Maison: $ 175,000

Car 2016 (financée): $ 3,500

Dettes de consommation:

  • Hypothèque de premier rang (institution financière): $ 200,000
  • Hypothèque de second rang: $ 35,000
  • Cartes de credit (quatre) à 19.99% d’intérêt: $ 80,000
  • Prêt société de crédit à 19% d’intérêt: $ 15,000
  • Droits de mutation: $ 2335
  • Electricity and chauffage: $ 1750
  • Management: $ 5,500
  • Impôts encore dus: $ 3,500

TOTAL DES DETTES: 343 085 $

Revenus mensuels:

  • Revenus d’emploi: 2000 $
  • Allocation famille et allocation canadienne for children: $ 430

TOTAL DES REVENUS: $ 2,430

Leave a Reply

Your email address will not be published.