Voiture électrique: le crash après le rush?

Le gouvernement fait feu de tout bois pour encourager les Français à acheter des voitures électriques. En janvier 2023, certains d’entre eux, sous conditions de ressources, pourront disposer d’un prêt à taux zéro pour acquérir un véhicule électrique ou hybride. Crédit qui devra être remboursé en sept ans maximum. The s’agit d’une expérimentation prévue pour deux ans. A ce dispositif s’ajoutent un credit impôt pour installer une borne de recharge, le bonus écologique, the prime à la conversion, a projet de leasing special voiture électrique….

N’en jetez plus! C’est qu’il faut aller vite, très vite.Dans son nouveau paquet climat Fit for 55, the European Commission prévoit la fin des twenty de voitures à moteurs thermiques en 2035. «Qui veut voyager loin ménage sa monture»? Trop tard, le cheval est parti au galop. Mais si l’objectif de réduction des émissions de CO2 est clair, le chemin pour y parvenir est parsemé de grosses embûches.

Mise en danger des finances publiques

Si tout le monde roule en voiture électrique, la facture risque d’être salée. Le bureau d’études 6t, spécialisé dans l’analyse des mobilités, a fait le calcul. En faisant l’hypothèse d’un doublement du malus et d’une division par deux du soutien à la mobilité électrique d’ici à 2030, le manque à gagner pour la puissance publique, cette année there, serait de 9 à 12 milliards d ‘euros par rapport à 2021.

Ce montant s’explique notamment par un fiscal effect. «Pour comprendre the impact de la mobilité électrique sur les recettes fiscales, il faut distinguer deux effets», explique Hadrien Bajolle, chef de projet chez 6t. Le premier est dû àla taxation plus légère de l’électricité par rapport à l’essence, par unité d’énergie. Il a ainsi calculé qu’un véhicule thermique rapporte aujourd’hui à l’Etat de 570 euros / an (in les zones urbaines) à 650 euros / an (in the zones rurales) pour un modèle à essence, et de 700 à 790 euros / an pour a diesel, cette différence étant liée au fait que ce dernier roule en moyenne davantage que les véhicules essence.

In reverse, the fiscal rendition of a véhicule électrique est compris between 140 and 150 euros / an. «A second effet est lié au fait que les véhicules électriques sont moins gourmands en énergie que les véhicules thermiques. Moins d’énergie consommée, c’est donc automatiquement moins de recettes pour la puissance publique, poursuit Hadrien Bajolle. En d’autres termes, dans le système actuel, plus nous sommes vertueux sur le plan écologique, pour nous asséchons le financement des services publics. Cela devrait nous conduire à repenser complètement la fiscalité pour la faire moins dépendre des flux physiques ». Vast programs.

Social menace

C’est un fait, la voiture électrique et sa motorisation plus simple nécessite moins de main-d’œuvre que le véhicule thermique. Selon une étude réalisée par le cabinet AlixPartners pour le compte de la Plateforme automobile (PFA), la filière française perdrait 15% à 30% de ses effectifs dans la transition électrique, soit between 46 000 and 87 000 posts. “Des filières sont particulièrement à risque, notamment le décolletage, la fonderie acier et l’emboutissage. Environ 32 000 posts sont menacés chez les constructeurs et les équipementiers de rang 1, commented Alexandre Marian, co-author of l’étude. The ensemble du secteur doit revoir tous ses process de production “.

Mais ce rapport, commandé après les propositions du paquet climat européen “Fit for 55” l’été dernier, insists sur un autre risque que fait peser une transition trop rapide vers l’électrique: celui «d’accélérer le resourcing additionnel hors de France “. Autrement dit, nous risquons d’assister à de nouvelles délocalisations vers des pays à bas coûts, d’Europe de l’Est ou d’Afrique du Nord par exemple. «Le coût de revient des composants d’une voiture électrique est 60% plus élevé que celui d’un modèle thermique. Cela explique des voitures plus chères, ce qui menace les volumes de vente, décrypte Alexandre Marian. Plus on exige d’aller vite dans l’électrification, plus les constructeurs chercheront à être compétitifs en prix, afin de vendre le plus de véhicules possibles. D’où une incitation à produire à des conditions plus abordables hors de France ». Ce qui serait évidemment négatif pour l’emploi dans l’Hexagone.

A l’échelle européenne, a demi-million de jobs sont menacés dans la production de moteurs thermiques d’ici à 2040, (mal) compensés par de nouveaux postes – environ 225 000 – dans la motorisation électrique, ce qui ramènerait la perte nette à 275 000 emplois, chiffre un récent document du Clepa, the association des équipementiers européens, et du cabinet PwC Strategy &.

Risque de pénurie de métaux rares

«Soit on ne veut plus de véhicules électriques, de trottinettes électriques, de telephones portables… et on the assumes. Mais si nous voulons entrer dans […] une société où on émettra moins de gaz à effet de serre, il faut en assumer les conséquences. Et les conséquences, c’est que nous avons besoin de matériaux comme le lithium “, arguably Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, ajoutant” qu’il faudrait en chercher chez nous “.

«The batteries of an électrique véhicule, c’est 40% de sa valeur. Et une grande partie de son poids, ce sont des métaux: nickel, manganèse, cobalt, lithium pour les fameuses batteries lithium-ion »précise Christel Bories, PDG du groupe minier Eramet. The problème d’approvisionnement se posed en France et en Europe. En 2050, l’UE aura besoin de trente-cinq fois plus de lithium qu’aujourd’hui, soit 800 000 tonnes par an, et jusqu’à vingt-six fois plus de terres rares (néodyme, dysprosium, praséodyme … ).

The he faudra aussi deux fois plus de nickel ainsi que 330% de cobalt, 45% de silicium, 35% de cuivre et de 10 à 15% de zinc supplémentaires, chiffre le dernier rapport d’Eurométaux (April 2022). The va falloir sécuriser beaucoup de nouvelles sources d’approvisionnement.

Yes l’on ajoute à tous ces défis la nécessité de produire beaucoup d’électricité pour faire rouler nos voitures, sans pénaliser le reste de l’économie – ce qui est en soi un énorme enjeu -, le program du prochain Premier ministre chargé de the planification écologique s’apparente aux travaux d’Hercule. Souhaitons-lui le succès car la voiture propre est essentielle dans la course vers la neutralité coal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.