Wise vise 100% de virements instantanés

En cette période estivale, quelques banques font de timides avancées sur le terrain des frais des transactions en devises. C’est le cas notamment de BNP Paribas here proposed son “Option Travel” here promet des paiements et retraits dans le monde “sans frais cachés” for a monthly price of 10 euros per mois (en cas utilization du service). The initiative mérite d’être soulignée alors que des fintechs comme la britannique Wise ont su se développer en faisant de la transparence des frais sur les virements internationaux leur cheval de bataille depuis des années.

Au premier quarter de l’exercice, clos au 30 juin, Wise (ex-Transferwise), cotée à la Bourse de Londres depuis un an, a enregistré une hausse de 50% de son activité, avec 24 milliards de livres de transactions pour 5 millions of clients actifs. Le prix moyen du transfert transfrontalier a continué de baisser à 0,61%, ma surtout plus de la moitié des transactions sont désormais réalisées en mode instantané (moins de 20 secondes) et 90% des transactions sont réalisées en moins de 24 heures. C’est bien mieux que le réseau Swift!

Le pari du virement instantané

“L’objectif est bien d’atteindre 100% des transactions en virement instantané”, avance Julie Arnoux, commercial director of Wise France. «Le virement instantané présente deux avantages. Tout d’abord, il permet une excellente expérience client here goes générer davantage de volumes de transactions et donc nous permit de réduire encore nos prix. C’est une manière circulaire de voir notre modèle de croissance. Ensuite, le virement instantané représente un gisement de réduction des coûts car il permet de réduire considérablement le nombre d’appels de clients qui s’enquièrent de l’exécution du virement “, explique the responsable.

It is a “champion” of the transparency and a cessation of depuises in the creation of dénoncer the pratiques opaques du secteur bank in matière de transferts internationaux afin de valoriser sa propre politique tarifaire. Ses études of him sur les pratiques tarifaires sont régulièrement relayées dans la presse et jouent un certain rôle de pression sur les autorités européennes. La dernière édition de l’étude de YouGov ainsi montré que seuls 14% des consommateurs européens comprenaient ce qu’ils payaient réellement pour un paiement international, et que le coût des «frais cachés» supportés par les consommateurs européens pouvait s’élever à 12.5 billion euros in one seule année.

An alternative to Swift

Le modèle de Wise, créé au Royaume-Uni en 2011, est d’une simplicité biblique: au lieu de réaliser des transferts de fonds, via le système des banques correspondantes et des réseaux comme Swift (qui prennent chacun leur commission), le système Wise se charge de mettre en correspondance les demandes de conversions de devises des clients in le monde entier via des comptes créés avec des banques partenaires dans chaque pays (“local banking”).

En résumé, pour réaliser un transfert de livres sterling en euros, Wise exécute en réalité deux operations locales, un virement en livre sterling sur un compte anglais, puis un virement en euros sur un compte en France. Et ce, sans passer par Swift ou des banques intermédiaires, seuls des virements nationaux peu onéreux sont mobilisés pour finaliser la transaction.

Aujourd’hui, l’offre de Wise s’articule autour de son Compte Wise pour les particuliers, un compte multidevises auquel sont associés de nombreux services (carte de paiement, gestion des devises, Iban …) qui fonctionne comme si le client avait un compte physique dans chaque pays, et d’un compte pour les PME (Wise Business), doté de fonctionnalités supplémentaires (notes de frais, cartes professionnelles, paiement de masse …).

Wise proposed également son infrastructure en “marque blanche” à des néo-banques, comme N26, voire même à des banques traditionnelles.

La guerre des Iban

En France, a client sera doté d’un Iban (identité bancaire) belge pour la zone euro, ma aussi d’un équivalent au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, selon les besoins. L’offre Wise s’adresse en effet essentiellement aux expatriés, aux étudiants en séjour à l’étranger, ou à tous ceux qui voyagent.

Au passage, Wise est également à la pointe du combat contre “Les discriminations à Iban”, ceux qui refusent de verser des salaires ou d’accepter des prélèvements à partir d’Iban non domestique. Une pratique pourtant interdite par la réglementation européenne. Avec d’autres néobanques, dont Revolut, qui sont souvent domiciliées dans un autre pays européen, Wise a lancé une plateforme “Accept my Iban” qui permet aux clients de signaler les discriminations à Iban, qui sont ensuite remontées à la Commission européenne . A ce jeu, la France estassez mal placée: sur 2,200 réclamations à ce jour reviewedes sur la plateforme, 800 proviennent de France!

Aujourd’hui, le combat de Wise porte sur le projet de révision de la directive européenne des paiements (DSP2), here devrait aboutir d’ici la fin de l’année.

“Nous attendons de la réforme de la directive DSP2 davantage de clarté sur les frais de la part des banques et des prestataires de services, ma also the possibilité pour les non-banques d’accéder aux infrastructures interbancaires, comme le système TIPS de la BCE “, avance Julie Arnoux.

Wise a déjà obtenu cette autorisation au Royaume-Uni et dispose désormais d’un compte auprès de la Banque d’Angleterre.